Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 12:51

Alors que je viens de faire chauffer mon propre lait dans une casserole pour le donner à la choupette (une technique pour l'aider à lutter contre sa jaunisse persistante, je vous raconterai) j'ai envie de faire une petite dédicace à ma copinaute Mumu ... alias Murielle.

 

Oui, vous savez, la Mumu qui avait une exploitation laitière ...

 

... et chez qui nous nous étions retrouvées entre mamans d'août 2006.

 

Mumu et son mari ont travaillé de toute leur âme et bien lutté, mais il y a des règles, il y a des lois, il y a une économie, il y a tout ce que dénonçaient Kafka - ou Brassens, et il n'y a plus d'exploitation laitière.

 

Il reste ce très bel endroit, avec de très belles personnes, une jolie bâtisse nichée au creux de la montagne, pas loin de Voiron, pas très loin de Grenoble non plus, où Mumu ouvre un gîte.

Comme le mentionnait ma copinaute Flo,  Mumu est la reine des lasagnes aux orties, des liqueurs insensées que je goûterai quand j'aurai fini d'être ou enceinte ou en train d'allaiter, du pain d'épices et de plein d'autres choses ... De manière générale, c'est une super cuisinière, de celles avec qui on goûte autant le plat que la convivialité : Mumu, quand on la rencontre, on l'a toujours connue.

 

Vous pouvez aller voir là Les Vieilles Etables

les tarifs sont très doux, et en plus si vous réservez de ma part (Nounette) elle vous fera 5% de réduc au titre des amis des amis .

 

Et moi, je retourne à mes occupations laitières ...

Repost 0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 17:28

En 2008, au même terme, la poupette venait de naître.

Du coup, j'ai un peu tendance à me crisper à chaque sensation un peu marquée (surtout que ma sage-femme est persuadée que le bébé ne va pas se faire trop attendre).

En même temps, je n'ai pas envie que ça s'arrête si vite.

Mais bon, on peut dire qu'on avance.

Déjà, j'ai fait les courses : il y a assez de lait, de yaourts, de couches, de bière pour faire face à mon absence.

 

J'ai commencé la valise, il y a un pyjama et un body taille naissance dedans ! (on n'a pas encore retrouvé le carton des vêtements 0-1 mois mais j'ai bon espoir).

 

J'ai vu l'anesthésiste et je me suis inscrite à la maternité, ce qui est un progrès par rapport à la dernière fois (j'avais fait les formalités de sortie avant celles d'admission).

 

On a les prénoms !! (enfin si l'ours ne change pas d'avis).

 

Et je suis en train de faire des découpages pour préparer les faire-parts, il restera juste à insérer une photo de nano quand on aura vu sa tête ... (et là, celles qui me connaissent sont en train de penser "le faire-part avec moins de 2 mois de retard, c'est ça, oui, qui êtes-vous et qu'avez-vous fait de Nounette ?". Mais là suis obligée de prendre un peu d'avance).

 

D'autres signes ne trompent pas : les mouflettes deviennent nerveuses.

La nounette s'est coupé les cheveux à l'école. Bon, vu sa tignasse incoiffable je n'ai même pas remarqué, c'est en écoutant le message téléphonique laissé par la maîtresse pendant que j'étais à la maternité que j'ai appris qu'il y avait eu coiffage nounettien et grande discussion avec la maîtresse. J'ai posé la question à ma nounette : à part préciser qu'elle voulait être belle et qu'elle avait dit à sa maîtresse qu'elle ne le ferait plus, elle n'a rien dit sur la longue conversation qu'elles ont eues ...

Enfin depuis, on a lu plusieurs fois des livres sur la grossesse et la naissance ...

 

D'ailleurs je ne sais pas si vous avez remarqué quelque chose ?

 

 

 

 

 

 

Mais oui !! la nounette a un bébé dans son ventre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai la joie de vous annoncer qu'elle a accouché ce midi de son doudou.

 

 

Depuis, elle a un autre bébé dans son ventre.

Ca fait un très gros ventre !!

 

Le bébé  va bientôt sortir : il a la tête en bas.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'ailleurs, il arrive : on voit son bras.

 

 

 

 

 

"C'est un garçon".

 

     

Et à chaque fois que la nounette joue à ça, sa petite soeur me tombe dessus, me remonte le t-shirt et me martèle le ventre en clamant "bébéééé !!!"

 

Enfin la famille se prépare, quoi.

 

Le truc c'est que ma nounette m'a commandé tellement de robes que je n'ai absolument pas le temps d'accoucher ...

 

surtout que je n'ai même pas fini les pantalons de détente assortis à celui que je viens de coudre pour l'ours (qui est devenu un pantacourt depuis que je l'ai lavé, mais je suis trop flemmarde pour laver 6m de wax africain avant de le coudre ...).

 

 

Sinon, fallait que je le dise à quelqu'un : j'ai passé une super bonne nuit ! Comme je n'en avais pas eue depuis des mois

Ca a commencé par des brûlures d'estomac tellement féroces que je ne pouvais pas rester allongée, je suis allée m'asseoir dans le canapé, prête à y finir la nuit. L'ours, me voyant sombrer, est allé me chercher une couette et m'en a couverte (merciii).

Eh bien j'ai effectivement dormi assise et ... je n'ai pas eu mal, pas de brûlures, pas de hoquet à l'intérieur, pas de gigotement de nano quand je me tournais, pas de nez bouché : le bonheur !

J'ai quand même été réveillée à 6h du matin par les hurlements de la poupette, et, héroïne que je suis, j'ai rappliqué pour aider zhom à la calmer et je me suis recouchée dans le futon.

 

Et je vais vous dire, ma nuit me paraît d'autant plus savoureuse que j'ai appris, en trouvant du doliprane à côté de l'évier, que l'ours avait déjà été réveillé à 1h par la poupette, et à 4h par la nounette qui avait mal à la jambe ... eh bah j'ai RIEN entendu .

 

 

 

Repost 0
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 18:04

Ouhlala, j'avais plein de choses à poster ... mais j'ai été tacklée par un méchant toutpetitpépin de santé pagravemaipénible ... comme je les enchaîne avec brio depuis quelques mois - merci l'immunodéficience du dernier trimestre ...

(bah oui les dernières grossesses se finissant en été j'avais eu droit à l'oedème, mais pas au rhume-sans-fin agrémenté d'autres joyeusetés de saison. A choisir je crois que je préférais encore ne pouvoir enfiler que des mules). (En même temps je n'ai pas à choisir. Pis ça me manquera sûrement après, comme les remontées acides que je découvre en écrivant ce billet).

 

Nan, mais ça va, hein. C'est le moral qui a flanché, et je fais partie de ces gens qui tiennent sur le moral, et qui tombent quand le moral baisse.

Là ça va mieux, après 2 jours à baver sur l'oreiller, en intercalant un mercredi héroïque où maman-en-or avait décrété qu'elle tenait absolument à garder ses mouflettes le mercredi, brillante idée (elles n'ont jamais été aussi infectes de toute leur vie, ni de toute la mienne : j'en aurais pris une pour taper sur l'autre).

 

Donc j'ai un peu renoncé au régime hypotoxique tendance farfelue new age que ma sage-femme me faisait suivre pour maîtriser ma prise de poids.

Succès d'estime au départ (j'ai quand même réduit de moitié ma prise de poids hebdomadaire), là je tape des sommets : rien pu manger pendant 2 jours - je ne le voyais pas comme ça, le processus de stabilisation. Je me demande si je peux compenser avec les chocolats de Pâques, maintenant que le traitement du doc fait effet ? (nan mais je ne vais pas ruiner tous mes efforts je vous rassure).

 

Côté positif : j'ai fini le roman de Ken Follet (1300 pages).

Côté positif : j'ai bien fait attention à dormir sur le flanc gauche et je crois que j'ai délogé nano(qui était bien vautré à droite).

Côté positif : j'ai fini la robe de princesse de la nounette (qui en veut une autre, on n'a jamais assez de robes de princesse, ni de stick à lèvres écrasé sur la figure, ni de colliers : elle en met tellement que ça fait pectoral - l'ours l'appelle Miss T).

 

Côté négatif : après tout ce temps à me reposer, impossible de m'endormir jeudi soir. J'ai pourri la nuit de l'ours, en râlant à chaque fois qu'il commençait à ronfler (autant dire dès qu'il se rendormait).

En même temps, c'est pour lui que c'est négatif, moi du coup après cette petite nuit j'ai réussi à dormir normalement hier (entendez, réveil toutes les heures et nez bouché au bout de 45mn)

 

Sinon j'ai retrouvé ma copine Sabrina, qui revient des îles (elle doit manquer à Kriss mais héhéhé on va pouvoir refaire les Mardi de Sabrina). Nos filles se sont retrouvées aussi (pour les aînées, grand moment de robes de princesses - on comprend pas, on n'était pas comme ça ...).

 

On a eu quelques petits moments sympas qu'il faudra que je vous raconte en images (par exemple on me demande régulièrement ce que j'ai eu pour mon anniversaire).

 

Pour celles qui avaient pensé à la petite Soazig dont j'ai parlé le 20 mars, merci ! sachez que non seulement elle récupère mais elle va super bien, et là elle est rentrée chez elle (j'ai vu les photos, les blouses et l'arrière plan avec les scopes et autres accessoires de réa m'ont rappelé quelques souvenirs, mais je me réjouis pour cette famille qui, pratiquante, va fêter Pâques avec émotion).

 

Et bientôt ... bientôt on saura qui est nano. 

Pas que je sois si pressée d'abandonner notre vie à 4 avec ses repères durement mis en place, pas que je sois non plus dans l'urgence de me séparer de mon petit locataire. Mais rendons-nous à l'évidence : je suis devenue quasi impotente - et, plus marquant encore, je n'ai plus de place sur le ventre pour des vergetures. 

 

Du reste, les filles ont l'air de sentir quelque chose. Hier elles étaient toutes les deux penchées sur mon bidon mouvant (quand je veux faire bouger nano je me vautre en projetant le bassin en avant), la nounette lui caressait les fesses à travers ma peau pendant que la poupette me forait de l'index l'endroit où j'ai eu un nombril, en répétant "bébé ! bébé !" (un des 4 mots de son vocabulaire, NDT).

 

En tout cas merci pour votre sollicitude et vos petits mots, je remonte la pente et bientôt le sprint final, un peu plus de 5 semaines encore (10 jours si on en croit ma sage-femme, mais naaaan, on n'a toujours pas le prénom si c'est un garçon, on n'est pas pressés ... faut juste que nano sorte avant que sa tête ne soit trop grosse pour passer).

 

 

Repost 0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 17:56
Un étang sans doute bordé de verdure, comme une flaque de ciel au milieu des herbes hautes ou au bord d'un chemin. Les oiseaux s'y désaltèrent en passant, peut-être que l'été l'endroit attire les moustiques ... 

Il y a des choses qui me touchent plus qu'avant. Pardon de vous les imposer.

Mais cet étang, Soazig, 3 ans, est tombée dedans, et s'y est noyée. Elle est dans le coma depuis 3 jours.

D'elle je ne connais qu'un prénom et son âge. Je crois qu'elle a des frères et soeurs plus âgés. Je sais que sa maman attend un autre bébé.

J'apprends qu'elle a tenu bon, qu'elle s'est accrochée, pendant 1h de massage cardiaque et bouche à bouche avant la prise en charge médicale.
J'apprends qu'elle donne des signes encourageants, que l'électroencéphalogramme et les autres tests ne la condamnent pas - au contraire, qu'elle est maintenue en coma artificiel pour la protéger, qu'un IRM va donner plus d'information ...

Vous comprenez, elle est vivante.

Même si on a vécu ce voyage là, dans le flou à la frontière de l'existence, à l'orée du désespoir, ce n'est pas le même paysage que celui que voient ses parents.
J'ai veillé mon tout petit bébé sans savoir si elle nous reviendrait, ni si elle nous reviendrait intacte. Sans savoir si elle avait souffert, si elle avait eu peur. On pourrait croire ... mais ce n'est pas le même cauchemar.
Mais je pense à eux. Je pense à leur toute petite fille. Je pense aussi au chagrin, à la culpabilité, à la terreur.

Mais vous comprenez, elle est vivante.

Alors j'espère.

Je sais qu'ils ont demandé à leurs amis de prier pour Soazig. Que ces amis ont passé le relais. Une chaîne de pensées, d'énergie - de prières pour ceux qui savent faire.

Moi qui ne crois en rien, moi qui ne prie pas, je me rappelle combien j'avais été touchée par ces cierges allumés pour Elsa.
Et d'ailleurs, j'allume moi-même parfois, dans les plus jolies églises, celles où les anges doivent aimer se reposer, un cierge pour un enfant qui devrait être encore de ce monde.

Mais la petite flamme de Soazig brûle encore de ce côté du néant. Je ne veux pas allumer de bougie pour elle. Je veux qu'elle revienne. Je veux qu'elle récupère. Je veux qu'elle soit grande soeur dans 3 mois. Je veux qu'elle le sache.
Je veux que ses parents la regardent, dans 1 an, dans 2 ans, dans 10 ans, comme nous regardons parfois la poupette, en pensant "et dire qu'on a failli la perdre" ...
Je veux que comme nous, ses parents la grondent ou soient exaspérés, dans 1 ans, dans 2 ans, dans 10 ans - sans plus penser qu'ils ont failli la perdre.

Je veux qu'ils sachent qui elle allait devenir. Je veux qu'elle le devienne.
Je pense à elle.

Reste avec nous petite fille. Tu n'as pas fini ta mission.
Je pense à toi.

édit 23 mars, une jolie journée de printemps
le message des parents passé à ma copinaute " Notre petite Soazig est sauvée. Tous les résultats, clinique et IRM sont excellents"
bravo fillette, 1h de sauvetage et tu n'as pas lâché l'affaire ... merci pour cette lumière
Repost 0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 20:10

 

Il est parti ...
Il avait écrit des chansons que j'aime tellement
depuis que j'ai une soeur auteur-compositeur-interprète j'ai réalisé ce que ça demande de talent de savoir créer un univers qui apparaît, prend du sens et perdure au-delà de 3 petites minutes
de savoir nous toucher, nous rappeler nos vies, nos chagrins, nos émotions, nos aventures
de savoir nous raconter une histoire universelle ou unique, parfois posée dès la première phrase

et de savoir porter ça par une mélodie qui s'accorde ...

une petite oeuvre minuscule capable d'apporter quelque chose même une fois que la dernière note s'est évaporée dans le quotidien ...

Et lui il savait le faire. Je connais certaines de ses oeuvres par coeur sans jamais les avoir apprises.
C'était un poète, c'était un combattant.
il avait écrit ça qui me touche au-delà des mots et me donne la chair de poule à chaque fois

Nuit et Brouillard

Ils étaient vingt et cent, ils étaient des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiraient la nuit de leurs ongles
battants
Ils étaient des milliers, ils étaient vingt et cent

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir

Ils s'appelaient Jean-Pierre, Natacha ou Samuel
Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vichnou
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel
Ils voulaient simplement ne plus vivre à genoux

Ils n'arrivaient pas tous à la fin du voyage
Ceux qui sont revenus peuvent-ils être heureux
Ils essaient d'oublier, étonnés qu'à leur âge
Les veines de leurs bras soient devenues si bleues

Les Allemands guettaient du haut des miradors
La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors
Votre chair était tendre à leurs chiens policiers

On me dit à présent que ces mots n'ont plus cours
Qu'il vaut mieux ne chanter que des chansons d'amour 

Que le sang sèche vite en entrant dans l'histoire
Et qu'il ne sert à rien de prendre une guitare

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter ?
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez

Vous étiez vingt et cent, vous étiez des milliers
Nus et maigres, tremblants, dans ces wagons plombés
Qui déchiriez la nuit de vos ongles battants
Vous étiez des milliers, vous étiez vingt et cent


Adieu Jean Ferrat.



Repost 0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 21:42

http://recensioni-videogiochi.dvd.it/images/Call_of_Duty_4_Modern_Warfare/call-of-duty-4-modern-warfare-02-m.jpgIl y a un nouveau venu dans la famille.

Nan, je ne parle pas de nano, elle ou il n'est pas encore venu(e) nous dire son prénom.

Mais vous savez peut-être que l'ours s'est fait offrir une PS3 à Noël par sa choupinette (c'est moi).

Bon ladite choupinette a commencé par croire qu'il blaguait.

Une console de jeu ? mais l'ours ne s'est pas trompé de dizaine sur son âge ?

Il était sérieux.

Il m'a même assuré que c'était le lecteur Blu-ray le moins cher du marché (en même temps on n'a pas de blu-ray à visionner mais ce n'est pas de nature à désarçonner un ours motivé) ...

... et - ce qui a emporté le morceau - que ça faisait disque dur enregistrable pour regarder les émissions en différé ! mon rêve depuis que ma copine Fanfan m'a énuméré les avantages du sien (on a payé le kit d'adaptation hein mais toujours pas vu l'ombre de disque dur, moi , il a fallu ressortir une cassette vidéo pour enregistrer les Enfoirés ce soir le temps du rituel du coucher).

Bon, moi j'étais quand même un peu crispée.
Parce que les jeux en ligne, de ce que j'en sais, c'est dévorant, et carrément addictif. Alors même si c'est pas pareil, une PS3, ça peut prendre un peu trop de place ?
En même temps, un collègue m'avait assuré se lasser en 6 mois de ces gadgets. Du coup, autant que ça fasse son apparition en décembre, à 5 mois de la naissance ...

Le truc, c'est que la PS3, c'est vraiment ciblé pour les hommes !
pas comme la DS, qui existe en version rose limite pailleté pour les filles (rha lovely)
pas comme la WII, qui est plus familiale paraît-il, avec des jeux de haut niveau culturel comme les Lapins Crétins.

Nan, ce truc là c'est pour les poilus, les velus, les barbus, les ...  enfin les hommes.
Avec des jeux de guerre et autres thèmes bien testostéronisés ...
http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_0117.jpg
L'ours, lui il a commencé avec des jeux de course automobile. Rendu très impressionnant, chouettes paysages, très marrant aussi avec ses sorties de route improbables (faut pas se moquer hein) - et la possibilité de revoir sa course avec les tonneaux. Même la nounette s'est montrée intéressée ... et l'ours a eu une armée de supporters féminins pendant qu'il remontait péniblement de sa position de 16ème à au moins 12ème (sur 16) : applaudissements délirants !!
Même la poupette s'y est mise, la manette avec tous les boutons c'était trop de bonheur (elle a même réussi à lancer une course).

Après, l'ours a enchaîné sur un jeu d'aviation de guerre, où la première partie consistait à dégommer des ballons dirigeables, à la grande joie de sa fille aînée qui lui signalait tous les ballons.

Car je dois dire que mon ours se montre super raisonnable.
Il a joué un peu en présence des filles, mais pas longtemps et que sur des trucs qu'elles pouvaient voir.
Sinon, il ne joue que quand les mouflettes sont couchées, ça ne prend pas sur le temps de famille ... peut-être sur le temps de sommeil, mais le sien, et même si ça fait longtemps qu'on n'a pas vu un DVD à deux, ses jeux, ça vaut un peu un film ..

Oui, car dans le pack promo on lui avait offert des jeux génialissimes.
Notamment, LE jeu dont tout le monde (?) attendait la sortie, et ce jeu étant "offert dans le pack avec une 2ème manette à 50% de réduction, si si si madame c'est une belle promo non ?" (me regardez pas comme ça madame la vendeuse, c'est pas sur moi qu'il faudra compter pour jouer à deux, si je me tais c'est pas pour écouter vos arguments c'est parce que je suis en train de digérer le fait que ce machin va finir dans mon séjour et que c'est moi qui vais le payer, tout ça parce que c'est LE truc qui fait plaisir à mon homme ... ).

Le plus drôle c'est que ce jeu, j'avais vu l'ours y jouer sur le PC du chéri de Kriss, en Guadeloupe, sans avoir percuté que c'était le même. Call of Duty, modern warfare, version 2 (oui, je sais, ça veut dire qu'il y a eu une version 1 et qu'ils en redemandent, faut pas chercher à comprendre).
Déjà, je m'étais bien gaussée, début janvier, à regarder ce truc complètement gore (quand vous êtes blessé l'écran se couvre de sang, bon appétit).

Mais alors là, en grand écran avec l'ours totalement absorbé, c'est juste inimitable.

Au début je regardais d'un oeil distrait.
Le spectacle était surtout dans le séjour : l'ours tendu, concentré sur sa manette, se mordillant la lèvre ou grimaçant en retroussant le nez, l'oeil vif, le vocabulaire fleuri à chaque fois que l'écran disparaissait sous un flot de sang (avec une super citation américaine différente à chaque fois, les concepteurs sont pleins d'humour).



http://img.jeuxvideopc.com/screenshot/7969-call-of-duty-2-82_640.jpghttp://img.jeuxvideo.fr/00441400-photo-call-of-duty-3-en-marche-vers-paris.jpg












Pis à un moment, l'ours tournait en rond dans une pièce, et j'entendais le commandant trucmuche qui répétait d'un ton pressant "Ramirez, il y a une échelle pour monter sur le toit !".
Le temps que l'ours se fasse canarder 2 ou 3 fois, avec quelques citations bien placées, j'ai fini par demander qui c'était ce Ramirez.
Ben l'ours il ne savait pas.
Finalement, c'était lui. Enfin, disons qu'à ce moment du jeu, il incarnait Ramirez (j'ai pas le droit de donner plus de détails parce qu'il paraît que la mission est secrète).
Donc une fois ce point éclairci, l'ours, enfin son alter ego, est monté sur le toit (jamais trop tard) et a continué sa mission.

Il paraît que je rigolais trop fort.
Faut dire qu'on a entendu 3 fois de suite la même phrase "ennemi sur le toit, dans notre périmètre !!" juste avant que le pauvre Ramirez se fasse buter à chaque fois par un tireur différent - à la fin j'étais capable de le dire au bon moment et sur le même ton.

Alors Ramirez, il a fini cette mission, et on est arrivés à un nouveau niveau du jeu. Et à partir de là, j'ai commencé à bien apprécier ces séances de fou rire (nan mais je comprends rien à la guerre il paraît), et aussi la présence de l'ours qui rentrait le midi pour me voir (puisque maintenant je suis là le midi), pour déjeuner ... et en profitait au café pour nous offrir une brève séance de poilade (enfin surtout moi, lui je crois qu'il était dans son jeu).
Et souvent le soir, on attendait que les mouflettes soient couchées pour retrouver Ramirez.

Et l'ours de continuer à se taper les cuisses ou claquer la langue de frustration à chaque fois qu'il se faisait abattre par un ennemi, désintégrer dans l'explosion d'un véhicule (commentaire du jeu "un véhicule en feu peut exploser", ben oui c'est didactique ce jeu), qu'il sautait avec une grenade (une fois c'est la sienne qu'il a dégoupillée), passait du désert à une forêt enneigée où il se faisait dévorer par des chiens de garde, pour finir sans transition dans un sous-marin et se noyer dans le port.
Au passage, faites gaffe, parce que l'autre fois Ramirez a raté sa mission et un missile nucléaire est parti dans l'atmosphère, mais je ne sais pas où il va retomber.

On a bien rigolé. Ca se passait plutôt bien comme ménage à trois.

Et là je suis toute triste, parce qu'on a vu le générique de fin. Je ne savais même pas que ça finissait, un jeu.
A plus, Ramirez.

L'ours m'a consolée en m'assurant qu'on pourrait lancer TombRaider (ben oui mais Lara c'est quand même pas Ramirez, en plus ça ne peut pas être aussi débile comme jeu ...)

Là il a repris le 2ème jeu "offert" dans le pack, Uncharted (version 2, bien sûr), un jeu d'aventure, c'est moins drôle (sauf quand ça fait vibrer la manette) mais l'ours est toujours à fond.

Il vient d'attirer mon attention sur les acrobaties de Nate, son nouvel alter ego, qui se balance habilement d'une poutre à l'autre, suspendu par les bras ... "et après tu fais quoi ?" "ben je sais pas, je cherche ..." (Nate est patient, il tient bon).

et là je me rappelle la fois où, au bout de 20mn de peine sur un toit où Ramirez revenait à chaque fois se fracasser contre le mur et où il était mort plusieurs fois en trébuchant contre le rebord et en tombant du haut de l'immeuble (apparemment c'était difficile de manier assez vite les boutons) ... un peu blasée, j'avais cessé de regarder ... soudain, l'ours me pousse du coude "t'as vu, t'as vu ?!! ". Ramirez, qui avait réussi sa mission, se balançait cramponné à une échelle de corde suspendue à un hélicoptère qui s'envolait loin du toit des combats ...
Et l'ours de se tourner vers moi, rayonnant : "ah, c'est pas du James Bond, ça ?"

...

Je me demande s'ils font Call of Duty n°1 pour la PS3 ?

Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 09:34

Et voilà, mon amour. Cette fois, c'est la dernière ligne droite.

Juste toi et moi.

(Et le reste du monde)

Depuis ce matin, je ne travaille plus.

Aux yeux de la société, je me prépare à t'accueillir. Je ne suis plus une femme active salariée, même mon statut de mère de deux enfants s'efface : je suis désormais payée pour être la future maman d'un bébé à naître.
Je te suis officiellement dédiée, ma petite graine d'amour qui va bientôt rejoindre nos si jolies petites pousses.

Aux yeux de ma sage-femme Paloma, qui a signé mon congé pathologique, je te donne toutes les chances de continuer à mûrir au creux de moi.

Bon, le dernier rendez-vous était cocasse, faut dire.
Je te refais le script lorsqu'elle m'a examinée
"Ah, je vais demander qu'on vérifie le col à l'échographie".
- Quoi mon col ? qu'est-ce qu'il a mon col ?
- Non non, rien. Mais ta toux ne doit rien arranger ...
- Ma toux ne doit pas arranger QUOI ? Il y a un problème ?
- Non, non, ça va. Ton bébé arrivera peut-être un peu en avance, comme sa soeur
- Mais c'est quoi, "un peu" ? la poupette est arrivée avec 5 semaines d'avance ...
- Ne t'inquiète pas, on va le faire vérifier à l'échographie, d'ici là je te donne des gouttes pour enrayer cette vilaine toux".

Bon ben ça va alors.

En même temps la nounette devait arriver en avance et a pointé son nez à J-2, et on me prédisait une césarienne à terme pour la poupette, qui a créé la surprise plus d'un mois avant terme ... alors ma ou mon nano-neuneu, tu viens quand tu veux ...
A la suite de cet examen, ton papa est passé par une période où il se précipitait à mon secours à chaque effort, de peur peut-être que tu ne tombes tout(e) seul(e) sur le parquet, et puis j'ai réussi à le rassurer. Reste à soigner ma sciatique et tester ce régime "hypotoxique" pour enrayer ma prise de poids.
Mais tu vas bien, tu fais du kickboxing tous les soirs dans ta matrice, et chez Paloma j'ai entendu le chant de ton petit coeur.

Alors voilà, il ne te reste plus qu'à grandir, grossir, mûrir. Et moi, pendant ce temps, je te prépare le terrain.

On va te trouver un prénom.

On va trouver une solution pour faire garder tes soeurs au moment de ta naissance, surtout si tu arrives comme elles pendant la nuit.
Oui, parce que cette fois la solution de faire venir ma sissoeur à moi ne fonctionne plus : elle a un engagement mi-mai prévu depuis l'été dernier. Et les relations avec les voisins de palier ne sont plus que courtoises.
Alors on va explorer d'autres idées, pour que ton papa puisse être là et me tenir la main pendant que j'expliquerai à Paloma que je ne veux plus accoucher, ou alors plutôt demain, si on peut faire une petite pause, vu que je vais mourir si tu ne sors pas immédiatement.


Je vais te faire ton petit nid. Ce que je n'ai pas eu le temps de faire pour la poupette, si empressée à naître.

Déjà, un grand tri.
Soyons réalistes : je n'aurai pas le temps de lire tous ces livres que je garde pour les relire, un jour ...
Soyons objectives : je suis tombée enceinte de la nounette alors que j'entrais dans la trentaine, et le temps que je récupère un corps de jeune femme après ta naissance j'en sortirai, de la trentaine. La mode a changé entre temps, autant vider les placards !
Soyons créatives : j'ai assez de laine et de tissu pour habiller une famille entière, peut-être j'aurai le temps de m'en servir et ainsi vider quelques casiers ?


Et puis du rangement. J'ai plein d'idées - l'ours va être content - reste à trouver le temps.
Et le temps, maintenant, j'en ai un peu. Vu que tes soeurs sont en garde pendant la journée et vont le rester, au moins en partie.

On va pouvoir répondre à la nounette, qui nous demande inlassablement quand tu arrives et comment tu t'appeles ...

Et surtout, mon petit bout de nous, je vais pouvoir me centrer sur toi.

Je vais pouvoir jouer avec toi à travers ma peau. Je vais pouvoir regarder mon ventre le matin, et même la journée, observer ce ventre que je ne verrai plus jamais enfler ainsi. Mes seins qui s'alourdissent, qui se préparent aussi, pour continuer à te fabriquer même quand tu seras de l'autre côté de ma chair.

Je vais pouvoir regarder inlassablement les bosses qui se déplacent, l'expression de ton éveil dans cette bulle qui t'abrite, ton refuge, ton asile, notre point d'ancrage qu'il nous faudra bientôt lâcher, pour mieux nous atteindre.

Je vais pouvoir bercer l'idée que j'ai de toi, toi dont je ne sais rien, pas même le sexe. Et c'est si étrange, de l'ignorer, et c'est si parfait aussi. Je ne te fantasme pas, mon petit amour, je n'ai pas d'attentes pour toi, je sais juste que tu es le membre qui nous complète. Tu t'es installé avant que nous ne l'ayions prévu, tu es l'or de la tribu, la 5ème pierre, avec toi la famille sera complète.

Et un nouveau chapitre commence aujourd'hui. A présent, j'oublie le reste, et je me tourne vers toi.
Je te pense, je te sens, je te ressens,

On est tous les deux à présent. Je t'attends - je t'aime déjà

toi qui seras bientôt ma première dernière fois.


 

 

Repost 0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 13:28
Hier, je comparais avec une collègue nos impressions sur la 3ème grossesse.

C'est une nana très sympa, qui est l'image même de la maman douceur, souriante et moelleuse, avec la poigne qu'il faut quand il faut, lumineuse quoi.
Et tout en commentant qu'on n'avait pas eu trop à se plaindre, on est arrivées à évoquer le fait que pour elle, elle a eu deux "3ème grossesse". Parce que son premier enfant né n'était pas vivant.
Alors il y a eu la petite deuz : sa 3ème grossesse, et puis ce que je vis aujourd'hui : la grossesse avec déjà 2 morpionnes dans les pattes.
Et puis le 4ème enfant, qu'elle n'avait pas en tête en commençant sa tribu, mais qu'elle voit avec le recul comme ... une compensation que la vie lui devait. Pour lui avoir pris son premier enfant.

Même si avec le recul, ce premier enfant avait une grave anomalie, n'aurait sans doute pas vécu, ou sûrement pas normalement ...
à l'époque quand on lui disait "c'est sûrement mieux comme ça" elle avait juste envie de crier, de mordre, de se révolter contre cette phrase qui piétinait son chagrin, qui prétendait amener de la raison dans un univers de deuil où la "raison" n'a ni fonction ni sens ... Parce que c'était son bébé, et qu'elle l'aimait, et qu'il avait sa place.

Ce qui manque, c'est le sens.

La seule chose qui l'ait apaisée, en 14 ans, c'est le jour où une matrone antillaise l'a secouée en lui disant d'un ton bourru qu'elle n'était pas la seule, hein.
En l'entendant hier, j'ai trouvé cette phrase très cruelle.
Mais ma collègue, elle, s'est retrouvée projetée dans la grande chaîne humaine, dans une lignée où la vie c'est aussi quand parfois ça s'arrête ou ça ne commence pas. Pour elle, c'est ce qui a fait sens. C'est ce qui lui a permis de reconnaître l'histoire de son enfant et de l'intégrer dans leur histoire familiale, parce que cette histoire elle-même s'intègre dans toute l'histoire des hommes, et des joies, et des drames.

Ca ne donne pas de sens à la perte. Mais ça lui a permis de donner du sens à sa vie à elle, maintenant. Au-delà du chagrin, de la rancoeur, de la rage, de la culpabilité. Le droit de continuer, dans l'histoire de tous les hommes ...

J'ai en tête cette chanson de Polnareff qui m'a tellement fait pleurer - "Ca n'arrive qu'aux autres"

Ensuite on a parlé de ce que Laurence m'a raconté dans son commentaire, du fait qu'on peut sentir la présence d'un enfant absent, et qu'on n'a jamais peur que la vie ne le fasse souffrir ...
Et à ce stade, comme on était toutes les deux au bord des larmes, on est reparties travailler sur nos dossiers respectifs.

Je sais pourquoi nous avons eu cette conversation.
Je sais pourquoi depuis une semaine, à chaque fois que nano me réveille - toutes les heures, en gros - je pose ma main sur ma poupette et j'écoute son souffle.

Je sais qu'une maman est en deuil dans l'entourage de Kristell.

Je n'ai qu'entraperçu le monde où cette maman a basculé.
Mais dans le mien, alors que je ne la connais pas, il y a l'effroi, il y a la colère, il y a la révolte, il y a la peine
le chagrin de toutes ces questions, tout ce qui ne sera pas, tout ce qu'on aurait voulu savoir, ce qu'on aurait voulu connaître ... Je sais que Kristell est aussi effondrée que je le suis.

Il n'y avait aucune raison. Il n'y a pas de mot. Il n'y a pas de sens.

Je suis désolée. Du plus profond de mon âme.
Je voudrais juste que cette maman sache que Zia comptera pour moi aussi.
Repost 0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 13:00

VDM

Dans la série cépafacile d'être enceinte
j'ai eu la mauvaise idée ce soir d'aller jeter un coup d'oeil sur ce site que j'aime bien et que vous connaissez peut-être : "Vie de merde"


et j'ai tellement rigolé que ça m'a filé des contractions et j'ai failli me faire pipi dessus (ben oui, le périnée n'est plus ce qu'il était ma bonne dame)

Repost 0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 09:30

Voilà plus d'une semaine que nous sommes rentrés des vacances antillaises. La trève caribbéenne a pris fin et la poupette a relancé son rhume-sans-fin (avec les petites nuits associées, pour les parents, qui ont quand même fini par absorber le décalage horaire ...).

2706 photos à trier, comparer, charger ... sans parler des mini-clips ... ça prend un peu de temps.
Mais ainsi tous les jours, l'ours et moi replongeons dans les souvenirs de ces très belles vacances.

Parce que c'est quand même la première chose qu'on s'est dit, en retrouvant nos pénates sous le sapin : "c'étaient de belles vacances ! " . L'ours remarquait que c'était si dépaysant qu'il avait l'impression d'être parti un mois ...
Moi j'ai surtout regretté de n'avoir guère passé de temps avec ma copine (vu qu'on était en vadrouille de 10h à 18h, que les moments "des grands" étaient tardifs et que je me couchais tôt), qui m'a consolée en remarquant que c'est encore plus rare de partager son quotidien.
En l'occurrence, rares effectivement sont celles qui ont vu ma tête sans maquillage au réveil (et Kriss a survécu à cette vision ;) )

http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_2317.jpg
Ce qui me frappe aujourd'hui, c'est que je suis partie avec un ours très réticent à aller loger plus de 2 jours chez quelqu'un et qui s'est bien amusé pendant 2 semaines à partager bières, ti-punch et conversations philopolitiques avec le chéri de Kriss
(et qui a rapporté la recette de la pinacolada de Bertrand - certains donneraient cher pour l'avoir)
et qui calcule comme moi comment on pourrait faire pour les recevoir dans notre petit 4 pièces  ... si jamais ils cherchent un point de chute cet été ...

http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_7110.jpg



http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_2211.jpg
Je suis partie avec une fillette de trois ans, que la mer avait terrorisée en Martinique et que la piscine avait affolée à CenterParcs, en pleine période "caca-boudin" et préoccupée exclusivement de dévédés.
Je suis revenue avec une petite sirène qui, juste équipée de ses brassards, nage vigoureusement et saute d'un ponton maritime avec jubilation, qui a adopté sur place le "caca-poulette" de Ronan et a totalement adhéré au principe des jeux de société ...
http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_2210.jpg

http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_2314.jpghttp://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_2315.jpg
http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_0710.jpg









http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_2313.jpg

http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_7016.jpgJe suis partie avec un bébé semi-rampant de 16 mois et je suis revenue avec une toute petite fille de 17 mois qui marche et affirme son petit caractère bien trempé ... Micro-fauve aquatique qui raffole de la baignade et sait déjà battre des pieds pour avancer avec sa bouée ...

http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_2316.jpg




http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_7017.jpg


Je suis partie avec 2 mouflettes dont chacune était consciente de la présence de l'autre, je suis revenue avec 2 frangines qui se cherchent (dans tous les sens du terme), la petite réveillant la grande pour avoir sa présence et la grande entraînant la petite dans ses jeux et ses bêtises - quand elles ne se disputent pas pour avoir le même jouet évidemment ...

http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_1910.jpghttp://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/img_7018.jpg















Je suis partie avec un foetus discret à mi-chemin de la grossesse ...
Je suis revenue avec un bébé à naître qui se fait sa place dans mon imaginaire, et surtout dans mon utérus (à grands coups de pieds et de poings, que le papa perçoit enfin et que même mes collègues aperçoivent en réunion).


Qu'il était joli, ce voyage, et comme ça valait le coup ...

http://i11.servimg.com/u/f11/09/01/63/29/_mg_7310.jpg
Alors je voudrais dire MERCI à Kristell pour avoir accepté que nous nous invitions chez eux pour enterrer 2009,
à Bertrand qui a baptisé 2 fois mon ours à la plongée sous-marine,
et aux enfants 
Ronan, avec qui la nounette a joué autant qu'elle s'est chamaillée (je sais, elle chouine beaucoup ma nounette),
Gauvain, l'aventurier de la Soufrière avec l'ours, Bertrand et "tonton Iguane" (Gwen, le frangin de Kriss, après distorsion de son prénom par la nounette-amie-des-bêtes),
 et mention spéciale à Morgane pour sa patience, son autorité tranquille vis à vis des petits, et sa gentillesse quand elle jouait avec la poupette ...

Merci à toute la famille, qui s'est serrée pour nous donner de la place (même Gwen "tonton Iguane" et sa compagne, qui se sont fait dévorer par les moustiques sur la mezzanine en attendant que nous leur rendions ... la chambre de Gauvain ...) et qui a animé de sa joyeuse énergie quaque jour de notre quotidien de paisibles touristes.

Ils sont beaux, hein mes (nos) potes ?
(1er de l'an sur la plage de Bois Jolan)

plus d'image de ce séjour chez Kriss

Repost 0

Présentation

  • : Ma vie en mieux
  • Ma vie en mieux
  • : 3 mouflettes en couleurs primaires font toutes les teintes de la vie.
  • Contact

Texte Libre

to be is to do             (Socrate)
to do is to be             (Sophostène)
to-be-do-be-doooo   (Sinatra)

Recherche

Citation

La vie a plus d'imagination que les rêves (La Belle Histoire, Lelouch)