Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 10:58

Eeeeeh oui, mes mouflettes aiment les bêtes.

 

Après la tique que ma nounette a rapportée d'une promenade dans les herbes hautes ...

(c'est l'ours qui a officié avec une pince à épiler pour la désincruster, pendant que maman-en-or faisait compter la nounette pour la distraire et lui éviter de se démancher le cou en tentant de voir l'objet de l'inquiétude parentale, heureusement fichée dans son dos au niveau de son omoplate)

 

... on procède à un élevage de vers.

 Enfin je pense, vu comment la poupette se gratouille les fesses. A tout hasard, j'ai vermifugé les 3 mouflettes. Oui, je sais, vous pouvez appeler la SPA.

 

C'est beau la nature.

Repost 0
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 08:10

"Maman, c'est drôle, quand tu es assise comme ça (vautrée sur le canapé avec l'ordi sur les genoux NDLR) on dirait que tu vas avoir un bébé.

Mais on n'aura pas de 4ème enfant, hein" conclut ma nounette qui part en sautillant ...

 

laissant sa maman baisser les yeux avec une ombre de désespoir sur ses 8kgs de surpoids, dont la moitié dans le bide, que rien ne décroche même au bout de 1 an de régimes et de privations (entrecoupées de périodes d'alimentation normale pour cause d'énergie basse - mais même pas triché à Pâques). Ouais, vivement la rentrée prochaine, qu'on dorme la nuit et que je puisse reprendre le sport, on veut y croire.

Repost 0
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 10:08

Je vois plein de mamans qui attendent leur deuxième enfant et se tordent les mains d'angoisse "est-ce que je vais savoir l'aimer pareil, l'aimer autant ?"

 

Alors moi, c'est pas vraiment une question qui m'a tourmentée à l'époque, même si je me la suis posée aussi. Mais c'est resté totalement abstrait.

Aimer pareil des enfants différents, ça ne m'a jamais paru crédible. Aimer autant, c'était sans doute la vraie question, mais elle glissait dans mon esprit sans s'arrêter.

 

Ca ne me tourmentait pas, parce qu'en vrai, comme d'ailleurs la plupart des mamans enceintes que j'ai connues, j'étais totalement tournée vers l'enfant déjà né.

La nounette existait, parlait, se déplaçait, demandait de l'attention, bref, c'est à elle que je pensais la journée …

Pour la poupette en gestation il restait quelques heures la nuit, quand je ne dormais pas.

Même ma culpabilité toujours prête à flamber était finalement tournée vers mon enfant présent, à qui j'imposais un changement radical … Rendez-vous compte, même pas deux ans, encore tellement besoin de nous, et déjà devoir partager l'attention parentale avec l'intruse à naître.… Elle allait passer de l'état d'enfant unique et choyée à celui d'aînée d'une fratrie. Ce serait pour elle la fin de l' "âge d'or", cette époque de sa vie où elle était pour nous au centre de tout. Et moi je le savais et pas elle, et je me tordais les mains d'angoisse, pour elle.

 

Finalement, au bout de 6 semaines de vie de la cadette, la réalité m'a rattrapée - et m'a même roulé dessus, me laissant laminée et écrasée de chagrin. A poursuivre le mirage délirant d'une vie inchangée pour la grande … j'avais complètement omis de faire connaissance avec la nouvelle venue. Qui, semi-prématurité oblige, s'était faite assez discrète le premier mois, mais se rattrapait dans l'expression de ses besoins et la réalité de sa jeune vie.

 

C'est la directrice de la halte jeux qui, me voyant désemparée, m'a donné cette leçon de vie que je garde en tête et que je transmets. Avoir une petite sœur, pour la nounette, certes ce n'était pas son choix - mais c'est sa vie. On ne peut pas la protéger de sa vie. Et nous, les parents, on fera d'autres choix pour elle, et ça sera aussi sa vie.

D'ailleurs, elle n'est pas mécontente des autres choix - qu'il s'agisse de son lit-de-grande, des vacances à la mer ou de la dernière venue.

Elle, elle a DEUX petites sœurs, et toc. C'est pas tous les copains et copines de sa classe qui peuvent dire pareil.

 

Et la poupette, dans tout ça ?

Alors déjà, concernant l'arrivée de la choupette, la poupette n'ayant jamais été enfant unique ça ne lui a pas révolutionné le quotidien … sauf que sa mère, débordée comme à chaque naissance, s'est mise à lui crier dessus (ce qui n'était jamais arrivé avant la naissance de nano).

Et puis maman-en-or était au clair avec elle-même, cette fois, et n'a pas stressé d'imposer aux aînées une petite sœur.

Ok, la place du milieu, dans une fratrie unisexe, c'est vraiment pas facile : maman-en-or a lu tous les articles qu'elle a trouvés et qui disent tous pareil, et a écouté toutes ses copines qui l'ont vécu et qui disent toutes que ça a du bon aussi (combats déjà menés, davantage de liberté …).

Menfin dans l'ensemble c'était plus détendu.

 

La poupette a pris sa place, même après l'arrivée de sa sissoeur à elle.

Parfois carrément à coup de baffes, ou en tirant les cheveux (de la grande sœur, qui ne riposte jamais, ce qui est tout à son honneur parce que ça fait super mal). Elle ne parle pas mais elle s'exprime, et on la comprend souvent. .

 

Mais justement, la poupette est muette. Et depuis que la poupette est passée dans son lit-de-grande, à 21 mois, maman-en-or est tourmentée.

Il a fallu presque 2 ans pour que ça la rattrape, cette histoire de "l'aimer autant".

C'est arrivé. A l'occasion de l'histoire du soir, du dernier bisou, du rituel nounettien de "et tu reviens houit fois maman".

 

Maman-en-or entre dans la chambre des grandes, et l'aînée l'appelle, l'accapare, lui raconte, demande, réclame, jacasse…

Et la poupette se tait. La poupette se glisse avec grâce dans l'espace que sa grande sœur lui laisse. La poupette ne réclame pas, la poupette accepte de passer toujours en second, limite elle semble trouver cela normal.

 

Et maman-en-or se tord les mains. Comment faire, comment équilibrer ? La poupette ne parle pas, ne se révolte pas, ne saisit même pas les perches tendues pour occuper plus d'espace. Maman-en-or veille désormais à lui faire régulièrement le bisou en premier, à la câliner aussi longtemps que sa soeur, à lui chanter ses comptines. Mais la nounette se rebiffe, réclame de l'attention, mouine, jalouse …

 

Dans la journée c'est pareil. Pas simple.

Donner autant d'attention qu'à la grande ?

Mais au même âge, savez-vous, la grande parlait. Et n'avait pas de grande sœur pour tenter de lui piquer la vedette. Et sa maman ne jonglait pas entre trois mouflettes ...

Maman-en-or avait tellement plus de temps, on faisait tellement plus de choses avec la nounette. Faut dire que la nounette était tellement moins autonome … la poupette a son univers, sa petite vie. Elle s'y installe paisiblement et se laisse oublier, pendant que la choupette hurle et réclame les bras.

 

Maman-en-or ne sait pas, maman-en-or se sent très démunie. Sa kiné de rééducation périnéale lui a dit "les enfants s'élèvent tout seuls, vous savez", elle trouve l'idée jolie et elle s'accroche à ça, faire confiance à ses filles - mais comment les accompagner, les aider sans les parasiter.

Etre maman, c'est le début de la peur, c'est le début du doute.

 

Et pourtant …

 

C'est arrivé comme ça. Je ne sais pas quand, je ne sais pas comment, c'est apparu aussi doucement que parfois l'éclosion du sourire lumineux de ma cadette.

 

Toi que j'avais si peur de ne pas connaître, comment tu as fait ça ? c'est donc bien vrai que tu es un peu sorcière.

J'avais une petite fille et deux bébés, j'ai deux filles maintenant, j'ai deux filles et le bébé.

J'ai deux petites filles.

Car il y a toi, ma poupette charmeuse, toi qui réclames enfin ta part de câlins.

Même pas tu retires aux autres ce que tu prends, car en vrai c'est toi qui donnes. Qui rayonnes, qui projettes, qui offres.

 

Toi qui arrives, qui cours vers moi, qui tend tes bras encore tout potelés … et je te prends contre moi, et tu serres tes petits bras autour de mon cou, et je te respire pendant que tu te blottis, et je me ressource dans ton étreinte joyeuse.

 

Un seul de tes sourires adorablement espiègle illumine la pièce. C'est ta manière d'être, pétillante et radieuse … On se pousse du coude avec ton papa "regarde-la, mais regarde-la" et toi tu connais la force de ton sortilège. Et devant ton public déjà conquis, tu dessines ta joie de vivre de sourires ineffables - que je tente en vain de fixer en images faute de savoir les dire.


Comment tu as fait, ma magicienne, pour exister ainsi, sans un mot ou presque, sans bousculer, sans piétiner, sans faire mal, dans l'offrande de ce que tu apportes ?

 

Comme je voudrais graver dans ma mémoire, celle de l'âme et celle de la peau, ces moments où tu te précipites vers moi, où je m'agenouille pour t'accueillir, et où d'une poussée des talons tu tentes de me faire basculer … et je roule sur le dos, pour te faire ce plaisir, nos bras et rires entremêlés, et nous jouons – moi à me relever, toi à me culbuter à nouveau, jusqu'à ce que mes chatouilles ou mon fou rire interrompent le jeu …

 

Comme je voudrais conserver intacte l'émotion devant ton visage si expressif, ton entrain, ta manière tellement craquante de singer ta frangine en ajoutant ta petite touche à toi … ta petite voix qui fredonne avec tant de justesse tes airs préférés (la chanson d'Ariel la petite sirène, la musique de La Belle au bois dormant, la chanson des 7 nains – tes dessins animés favoris …). Ton entêtement, ta volonté farouche, tes refus obstinés et bruyants, tes oppositions féroces, tes jeux et tes demandes d'un air si sérieux et concentré …

toute cette place que tu prends, enfin,

et mes yeux se dessillent et je te vois qui sors de l'ombre, qui en es sortie depuis longtemps déjà, et qui existes, pour toi, par toi,

 

pour nous aussi.

 

C'est parfois juste ça la vie.

 

On a tellement peur de mal faire, de rater, de passer à côté, de ne pas savoir accompagner,

On court tellement, on est tellement tournés vers ce qu'on souhaite et ce qu'on guette ... 

 

Et puis juste là, juste ces moments, qui à force de vous emplir, vous font déborder, révéler, fondre

 

deux bras tièdes qui vous enserrent, une joue qui se presse contre la vôtre, et ce sourire, ce sourire, si malicieux, si mutin, si tendre,

 

une petite fille solaire, soleil, lumière, juste le bonheur de ta présence, ma poupette, juste te le dire une fois, j'ai eu si peur de ne pas te connaître, tu te rappelles, c'était il y a 30 mois et j'ai eu si peur, et maintenant je commence à te connaître et j'avais raison d'avoir peur.

 

Parce que j'en ai de la chance.

 

Et même quand je me plains, que je râle, que j'accuse la fatigue, je le sais, que ta grande sœur est fabuleuse, que ta petite sœur est merveilleuse

 

et que toi, ma poupette, toi tu es miraculeuse. Tu es ma petite sorcière que j'aime.

 

Viens me faire un câlin. Ou ne viens pas, et par-dessus ton épaule, dans un éclat de taquinerie, dédie-moi ton sourire.

 

Ma vie pour ces moments.

 

Ma vie, en mieux.

Repost 0
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 21:56

Comme l'indique le titre de ce billet, nous sommes partis - et d'ailleurs nous sommes ailleurs.

 

Ca fait bien longtemps que je n'ai pas raconté nos vies (surtout la mienne).

Il y en a, pourtant, des trucs à raconter - la chasse aux oeufs à Trouville, l'anniversaire de l'ours, la fête d'anniversaire de la choupette, la visite de tonton David et de son amoureuse Siriol ...

 

Il y en a des images à mettre ...

 

Mais il n'y a pas beaucoup de temps. On est en plein surmenage (surtout moi), alors une fois n'est pas coutume, nous voilà partis pour une vraie semaine d'évasion au bord de la mer - et, on espère, un vrai repos.

 

La nounette a déjà, au bout de 20mn de séjour, manqué se sectionner le bout du pied en courant pied nus dans l'herbe (c'est pas comme si on lui répétait pas tout le temps de mettre ses sandales). On a eu un peu peur, on a essuyé beaucoup de sang et beaucoup de larmes mais finalement elle a accepté des chips : on s'est dit qu'on pouvait attendre pour les urgences ... Elle n'a pas mal à la piscine donc ça devrait guérir vite.

Et l'ours éternue en continu à cause d'une allergie dont la cause reste mystérieuse, ça pourrait bien être le pré voisin plein de graminées en fleurs ? L'ours est tout congestionné.

 

A part ça, il fait beau, il y a une piscine chauffée, on est près de la mer - et de mes copines d'enfance - et les filles se sont trouvé une 'tite copine (dans le gîte voisin il y a une petite fille de l'âge de la nounette qui sèche aussi l'école, mauvais parents).

 

Donc à bientôt de nos nouvelles, en vous souhaitant une bonne semaine

(chouette assonnance )

Repost 0
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 11:17

 null

Depuis qu'elle est à l'école, ma nounette veut des robes qui tournent.

Et quand je dis elle veut, elle éclabousse les murs de ses larmes si on lui fait l'offense de lui imposer une horrible robe chasuble au top de la mode, ou pire, la punition suprême : un pantalon (ça c'est quand elle a fait une grosse bêtise).

Bon, alors on s'équipe en robes qui tournent. 

Allez trouver ça en hiver ...

Alors forcément, il a fallu sortir la machine à coudre. Et comme Bonne-à-marier n'a pas trouvé de patrons, elle les a inventés. Plein de robes qui tournent, pour l'automne, pour l'hiver, et pour le printemps qui arrivait.

 Après la lecture du livre Sewing clothes kids love, Bonne-à-marier a emmené ses filles dans une boutique de tissus pour choisir des cotonnades assorties, et réaliser une petite robe inspiration princesse romantique ...

Voici le résultat !  

FOURNITURES ET RECAPITULATIF DES PIECES A COUPER

Fournitures

Coton 1 : 80 cm (3 ans) à 90 cm (5 ans) en 110 ou 140 cm de large  

Coton 2 : bande de 9 cm (3 ans) / 11 cm (5 ans) x 70  cm

Coton 3 : bande de 18 cm (3 ans) / 22 cm (5 ans) en 110 cm de large (ou 11 cm en 140cm de large)

Coton 4 : bandes de 18 cm (3 ans) / 22 cm (5 ans) en 110 ou 140 cm de large

Fermeture éclair assortie 20 cm minimum, idéal 22 à 25cm en taille 5 ans

Biais assorti : 2m environ.

Rubans assortis : 2m de chaque

Dentelle d'ourlet : 3m environ.

 Fil assorti

Tissus, biais et rubans "Bouts de Tissus " ; Dentelle Toto tissus ; fermeture éclair et fil mercerie

Attention à bien ajouter les marges de couture autour du patron !

Je rappelle que je ne suis pas du tout professionnelle, et bien que j'aie porté beaucoup d'attention à ces patrons, je vous conseille de prévoir un peu de marge à la coupe, et de faire essayer à votre enfant avant la couture définitive (selon sa stature et sa corpulence, des ajustements peuvent de toute façon se révéler utiles)

 Schéma récapitulatif (NB : il ne s'agit pas d'un plan de coupe)

PATRON

(cliquer sur chaque image pour agrandir)

PREVOIR LES MARGES DE COUTURE (0,7 à 1CM AUTOUR) !!

Echelle : 1 petit carreau = 5 x 5 mm

Le devant a une base arrondie, pour compenser le bidon et la position cambrée de mes mouflettes. Si vos mouflettes se tiennent droit et/ou n'ont pas de "petit bidon", coupez droit.

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go2110.jpg  

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-rom012.jpg

 

Etapes 1 à 5 : HAUT

Surfiler les pièces (point zigzag).

null

 

 

Réaliser les pinces devant et dos, si c'est utile (ex. enfant mince en taille 5 ans … dans tous les cas vérifier l'aisance avant de coudre définitivement la jupe au haut, on peut encore rajouter ou retirer les pinces au dernier moment).

 

Poser la fermeture éclair dos.

Pour cela : assembler la couture des deux ½ dos avec du fil à bâtir.

Repérer la longueur de la fermeture éclair. Coudre du bas jusqu'au repère. Laisser le fil à bâtir.

Rabattre les marges prévues pour la fermeture éclair. Positionner la fermeture éclair, côté zip contre le tissu. La fixer avec du fil à bâtir.

Coudre en partant du col à 5mm de la fermeture éclair, pivoter en bas, remonter vers le col.

 Terminer la couture à la main au niveau du col.

 

Endroit contre endroit, assembler les épaules. Coudre, surfiler;

Endroit contre endroit, réaliser la couture des côtés. Coudre, surfiler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poser le biais au niveau de l'encolure en commençant par un bord de la fermeture éclair.

 http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/rorom114.jpg Fixer le biais en rabattant le bout, veiller à ce que l'angle ne soit pas trop pointu pour ne pas "piquer" le dos. Puis replier le biais autour du col et ajuster tout le long jusqu'à l'autre bord de la fermeture éclair, (utiliser les propriétés extensibles du biais dans les courbes).
Rabattre le bout et finir de replier le biais par-dessus toujours en évitant un angle trop pointu.
(C'est plus facile à faire qu'à expliquer, en résumé poser le biais !).

Je recommande de bâtir afin d'être sûre de bien prendre tout le biais dans la couture et ne pas avoir à recommencer.

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/rorom115.jpg

 

 

 

 

 

 Poser le biais au niveau des emmanchures en commençant par le bas (conseil : éviter de commencer la pose  pile sur la couture des côtés pour éviter une  surépaisseur peu confortables).

 

 

 

 

 Etapes 6 à 10 : JUPE

Surfiler les pièces (point zigzag).

 http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/rorom011.jpg

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-rom015.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On commence par les godets : passer un fil de fronces en haut du volant du bas.  Assembler au volant du milieu par des épingles sur les côtés et au centre, froncer et répartir les fronces. Coudre.  

 

Passer un fil de fronces en haut du volant du milieu. Assembler au volant du milieu par des épingles sur les côtés et au centre, froncer et répartir les fronces. Coudre.

 

Répéter 6 fois.

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-rom016.jpg

 

Assembler les godets et pans de jupe  comme sur la robe à godets (je n'ai pas de photos car j'ai tenté une autre méthode, qui fonctionne moins bien).

Assembler un godet à un pan de jupe  : coudre du bas vers le haut. Assembler le godet à un autre pan de jupe. Coudre du bas vers le haut. Coudre ensuite les deux pans ensemble depuis le sommet du godet jusqu'à la taille. Répéter pour les 6 godets.

 

Fermer la jupe avec une dernière couture côté.

 

Passer un fil de fronces en haut de la jupe.

 

 

 

 

 

Etapes 11 : ASSEMBLAGE   

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-rom018.jpg Assembler la jupe au haut sur l'envers.

 

Rentrer le haut à l'intérieur de la jupe, endroit contre endroit.

 

Faire correspondre les coutures des côtés, le milieu du pan devant au milieu du devant, le milieu du pan du dos à la couture dos, (épingler au niveau des repères).

 

Froncer et répartir les fronces entre les repères. Bâtir la taille, puis coudre.

 

Aplatir les coutures au fer à l'intérieur.

 

 

Poser le biais à plat autour de la taille.

  http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/rorom118.jpg

 

A ce stade, ou pourrait s'arrêter juste  avec un ourlet au bas de la jupe ...

 

 

 

 

 

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/rorom119.jpg

 

Pour un effet très "frou-frou":

 

Rentrer le bas de la jupe et poser un bord dentelle tout le long. Bâtir, coudre.

 

 

Poser ensuite des rubans (nœuds ou rubans volants).

On peut réaliser des petits appliqués, des mini cocardes, des papillons de dentelle, etc. et y fixer des rubans assortis, libres ou noués ...

Bien chargé, bien "girlie", la nounette adore.

 

 

 

 

 

 

 

NB : cette robe est très longue, on peut aussi raccourcir les pans de jupe pour une longueur plus compatible avec les activités d'un petit bout (mais mon petit bout à moi veut des robes longues …)

 

Silence : on tourne !!

null 

 

 

 

 

 

Repost 0
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 21:21

Eeeeh oui, dans la série des robes qui tournent, ma poupette n'est pas la dernière à en réclanullmer.

J'ai emmenée choisir du tissu dans un magasin du coin. La poupette a eu une drôle d'idée en choisissant un tissu rayé très sombre et terne ... mais elle n'en démordait pas. Après 40mn pour trouver des tissus plus vifs s'accordant  à son tissu rayé, j'ai voulu imaginer une robe un peu gaie.

En voici une avec des volants.

C'est plus long que difficile à coudre .

Et bien sûr, on peut choisir de ne coudre que la jupe en l'assemblant à une petite ceinture dans laquelle on glisse un élastique par exemple, comme ma première version de jupe il y a 2 ans.

En fin de couture, et comme j'avais fait une robe "romantique" avec  froufrous et rubans pour la nounette, j'ai rajouté appliqué et rubans pour la poupette, ça fait très chargé mais elle aime bien.

Alors, on s'y met ?

FOURNITURES ET RECAPITULATIF DES PIECES A COUPER

Fournitures

Coton 1 : 50 cm en 140 cm de large

Coton 2 : bande de 9 cm (3 ans) / 10 cm (5 ans) x 80 cm

Coton 3 : bande de 9 cm (3 ans) / 10 cm (5 ans) x 140 cm

Coton 4 : 2 bandes de 9 cm (3 ans) / 10 cm (5 ans) x 140 cm

Fermeture éclair assortie 20 cm minimum, idéal 22 à 25cm en taille 5 ans

 Fil assorti

Tissus et rubans "Bouts de Tissus " , fil et fermeture éclair mercerie / grande surface.

Attention à bien ajouter les marges de couture autour du patron !

Je rappelle que je ne suis pas du tout professionnelle, et bien que j'aie porté beaucoup d'attention à ces patrons, je vous conseille de prévoir un peu de marge à la coupe, et de faire essayer à votre enfant avant la couture définitive (selon sa stature et sa corpulence, des ajustements peuvent de toute façon se révéler utiles)

 Schéma récapitulatif (NB : il ne s'agit pas d'un plan de coupe)

 null 

PATRON

(cliquer sur chaque image pour agrandir)

PREVOIR LES MARGES DE COUTURE (0,7 à 1CM AUTOUR) !!

Echelle : 1 petit carreau = 5 x 5 mm

 Le devant a une base arrondie, pour compenser le bidon et la position cambrée de mes mouflettes. Si vos mouflettes se tiennent droit et/ou n'ont pas de "petit bidon", coupez droit.

 http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go2210.jpg

 Etapes 1 à 7 : HAUT

  http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ro-vo112.jpg Surfiler les pièces (point zigzag).

Réaliser les pinces devant et dos, si c'est utile (enfant mince en taille 5 ans, vérifier l'aisance avant de raccorder à la jupe). Ici il n'y a pas de photos des pinces parce que j'ai fait une taille 3 ans et que la poupette a du bidon.

Endroit contre endroit, assembler les épaules de la parementure.

 

Pour plus de confort, réaliser un petit ourlet rentré  de 2mm en bas de la parementure.

 

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa0410.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Coudre la fermeture éclair.

Pour cela : assembler la couture des deux ½ dos avec du fil à bâtir.

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa0510.jpg Repérer la longueur de la fermeture éclair. Coudre du bas jusqu'au repère. Laisser le fil à bâtir.

Rabattre les marges prévues pour la fermeture éclair. Positionner la fermeture éclair, côté zip contre le tissu. La fixer avec du fil à bâtir.

Coudre en partant du col à 5mm de la fermeture éclair, pivoter en bas, remonter vers le col.

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa0710.jpg Terminer la couture à la main au niveau du col, en veillant à ce que les bords de la fermeture éclair ne soient pas trop pointus pour ne pas blesser la nuque.

 

Si on veut coudre un appliqué sur le devant, il vaut mieux le faire avant de réaliser la couture des épaules.

(Ici, comme le choix de tissu de la poupette était hasardeux, j'ai voulu ajouter un grand appliqué, pour éclairer ce tissu un peu triste et aussi pour rappeler le tissu des volants. L'appliqué est cousu à points glissés invisibles)

 

Endroit contre endroit, assembler les épaules du bustier. Coudre, surfiler.

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ro-vo511.jpg

 

Endroit contre endroit, positionner la parementure sur le bustier.

Réaliser la couture du col et des emmanchures.

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa1010.jpg

Cranter les arrondis, surfiler.

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ro-vo610.jpg

Rabattre le dos sur le devant, toujours endroit contre endroit. Réaliser la couture des côtés en veillant à prendre la parementure dans la couture.

Retourner sur l'endroit : rabattre la parementure envers contre envers.

Coudre manuellement à points glissés  les côtés de la parementure le long de la fermeture éclair (pas d'image). 

Préparer les emmanchures. Devant, rabattre sur l'intérieur la marche de couture de la parementure et fixer avec du fil à bâtir. Dans le dos réaliser un ourlet rentré de 2 mm au niveau de l'emmanchure et fixer avec du fil à bâtir

   http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa1110.jpg

Coudre l'emmanchure.

Recommencer de l'autre côté.

 

 

Réaliser également une surpiqûre tout le long du col à environ 2mm du bord..

 

 

   

 

Etapes 8 à 10 : JUPE A VOLANTS

Surfiler chaque bande.

 

Assembler les bandes du volant du bas. Coudre  un ourlet rentré de 2mm (je sais, c'est loooooooong).

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa1311.jpg

 

 

 

 

 

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa1210.jpg

Tracer des repères à 1/8, 1/4, 3/8, 1/2, 5/8, 3/4, 7/8. Passer un fil de fronces.

 Assembler les bandes du 3è volant. Tracer des repères à 1/8, 1/4, 3/8, 1/2, 5/8, 3/4, 7/8.

Assembler le volant du bas et le 3è volant : faire correspondre les repères et maintenir avec une épingle, puis tirer le fil de fronces et ajuster les fronces entre les repères.  Bâtir, coudre (je sais, c'est loooooong).

Passer un fil de fronces en haut du 3è volant.

Tracer des repères sur le 2è volant à 1/8, 1/4, 3/8, 1/2, 5/8, 3/4, 7/8.

Assembler le 3è volant du bas et le 2è volant : faire correspondre les repères et maintenir avec une épingle, puis tirer le fil de fronces et ajuster les fronces entre les repères.  Bâtir, coudre (je sais, c'est looong).

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa1410.jpg Passer un fil de fronces en haut du 2è volant.

Assembler le 2è volant du bas et le volant du haut : faire correspondre les repères et maintenir avec une épingle, puis tirer le fil de fronces et ajuster les fronces entre les repères.  Bâtir, coudre (là ça va c'est plus trop long).

Passer un fil de fronces en haut du volant du haut.

(NB: ici le volant du bas est ajouté à la fin au lieu d'être assemblé dès le départ, c'est parce que je n'avais pas prévu de le mettre quand j'ai commencé la jupe).

Accoler les bords pour former un tube, bâtir la couture du côté sur toute la hauteur ,endroit contre endroit, et coudre .  

Etapes 11 : ASSEMBLAGE   

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ro-vo111.jpg Assembler la jupe au haut sur l'envers (tissu endroit contre endroit - pour plus de facilité je rentre le haut à l'intérieur de la jupe, voir photo).

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa1510.jpg

 

 

 

 

Faire correspondre les repères jupe ¼ et ¾ aux coutures des côtés, 1/8, 3/8, 5/8, 7/8 aux pinces, faire correspondre la couture à la couture dos et le repère ½ au milieu devant.

Epingler au niveau des repères.

Froncer et répartir les fronces entre les repères. Bâtir la taille, puis coudre.

 

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa2210.jpg

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa2110.jpg

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/ropa2310.jpg

On rajoute des ptits rubans (pas trop long pour éviter qu'ils ne s'accrochent) 

 

Porté par la poupette

 

Repost 0
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 21:18

Ma nounette, depuis qu'elle est à l'école, exige des robes-qui-tournent. C'est un concept dérivé de la folie "princesses". En plus, les  siennes doivent être longues.

Et bien sûr, la poupette veut tout pareil. Elle ne sait même pas pourquoi mais si sa grande soeur veut ça c'est que c'est le must.

Donc j'ai décliné toute une gamme de robes-qui-tournent, version été, hiver, et chasuble mi-saison, avec différents bustiers et différents jupes (on varie les formes et les tissus). 

En voici une avec des godets.

Mon choix de tissu, comme souvent, est un peu problématique, mais, comme souvent, j'ai eu peu de temps pour fouiner et je cherchais absolument du velours milleraies pour tenir en mi-saison.

Je conseille plutôt du coton moins lourd que le velours, avec pour les godets un tissu un peu plus souple et plus aérien que le satin utilisé ici, par exemple voile ou mousseline.

 

FOURNITURES ET RECAPITULATIF DES PIECES A COUPER

Fournitures

Tissu robe (ici velours milleraies) : 65cm (3 ans) à 80cm (5 ans) en 140 cm de large

Tissu doublure (ici même satin que les godets) : 30cm x 70cm

Tissu godets : 55cm en 140cm de large=> choisir un tissu souple et léger (ex. voile, ici satin / tulle)  

Fermeture éclair 20 cm minimum, idéal 22 à 25cm en taille 5 ans

 Fil assorti

Tissus et mercerie TOTO Tissus

Attention à bien ajouter les marges de couture autour du patron !

Je rappelle que je ne suis pas du tout professionnelle, et bien que j'aie porté beaucoup d'attention à ces patrons, je vous conseille de prévoir un peu de marge à la coupe, et de faire essayer à votre enfant avant la couture définitive (selon sa stature et sa corpulence, des ajustements peuvent de toute façon se révéler utiles)

  Schéma récapitulatif (NB : il ne s'agit pas d'un plan de coupe)

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go0111.jpg  

si godets doubles :

 

PATRON

(cliquer sur chaque image pour agrandir)

PREVOIR LES MARGES DE COUTURE (0,7 à 1CM AUTOUR) !!

Echelle : 1 petit carreau = 5 x 5 mm

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go2010.jpg  Le devant a une base arrondie, pour compenser le bidon et la position cambrée de mes mouflettes. Si vos mouflettes se tiennent droit et/ou n'ont pas de "petit bidon", coupez droit.

 http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go2110.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go0510.jpg

Etapes 1 à 9 : BUSTIER

Surfiler les pièces.

Réaliser les pinces devant et dos, si c'est utile (pour une enfant mince en taille 5 ans) : vérifier l'aisance avant de raccorder à la jupe.

null 

 

 

 

 

 

 

Avec le tissu robe, endroit contre endroit, assembler les épaules. Coudre, surfiler (point zigzag).

 

 

 

 

 

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go0610.jpg Recommencer avec la doublure : réaliser les pinces devant et dos si c'est utile puis assembler les épaules. Coudre, surfiler.







Positionner le bustier de la robe et la doublure endroit contre endroit.

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go0710.jpg

 

 

  null

 

 

 

Coudre l'encolure,

Coudre les emmanchures,

 

 

 

 

Cranter les arrondis. 

Surfiler.

Retourner sur l'endroit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assembler les côtés, bien raccorder les emmanchures.

Des 2 côtés, coudre en une seule fois la couture le long du tissu robe puis de la doublure.

 

 

 

 

 null

 

Poser la fermeture éclair.

Commencer par bâtir la couture des 2 côtés dos sur le bustier, tissu robe.

Repérer la longueur de la fermeture éclair. Coudre du bas jusqu'au repère. Laisser le fil à bâtir sur le reste de la hauteur du bustier.

 

 

 

Ouvrir les marges du dos et positionner la fermeture éclair, côté zip contre le tissu.

Fixer la fermeture éclair (avec du fil à bâtir si on débute).

Rabattre la doublure, en veillant à éviter que le bord de la doublure ne s'approche trop de la fermeture éclair (sinon le zip va coincer la doublure  à l'usage).

 

 

 

Coudre en partant du col à 5mm de la fermeture éclair, pivoter en bas, remonter vers le col.

Terminer la couture à la main au niveau du col, en veillant à ce que les bords de la fermeture éclair, ne soient pas trop pointus pour ne pas blesser la nuque.

Finir par une surpiqûre à 2 ou 3 mm du bord au niveau du col et des emmanchures. 

 

 

 

 

 

 

 

Etapes 10 à 13 : JUPE A GODETS

Surfiler chaque pan et chaque godet.

Pour ne pas alourdir la jupe, je remplace l'ourlet par un surfilage au point zigzag très serré : en bas de chaque pan de jupe et sur l'arrondi de chaque godet.

 

Godet simple :

Endroit contre endroit, assembler et coudre un côté du godet à un pan en ajustant au niveau du bas de la jupe.

Endroit contre endroit, assembler et coudre le pan suivant au 2è côté du godet.

Assembler les 2 pans de jupe par une couture partant de la pointe du godet jusqu'en haut de la jupe.

 

 

 

 

 

Godet double : superposer les godets en plaçant d'abord le godet qui sera sur l'extérieur (ici, le tulle) puis celui http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go0210.jpg qui sera sur l'intérieur.

(Pour que les 2 tissus soient plus visibles j'ai coupé des godets dissymétriques).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go1010.jpg

 

 

Répéter l'opération jusqu'à avoir assemblé les 6 pans de jupe, puis fermer la jupe (toujours par une couture endroit contre endroit. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Surfiler les coutures.

Passer un fil de fronces en haut de la jupe.

 

 

 

 

 

Etape 14 : ASSEMBLAGE JUPE-BUSTIER                             

http://i21.servimg.com/u/f21/09/01/63/29/r-go1110.jpg

Replier la base du bustier (côté doublure et côté tissu robe) vers l'intérieur.

 

 

 

 

 

 

Insérer la jupe entre la doublure et le tissu robe

Faire correspondre les coutures des côtés, le milieu du pan devant au milieu du devant, le milieu du pan du dos à la couture dos, (épingler au niveau des repères).

Froncer et répartir les fronces entre les repères.

Bâtir la taille côté robe d'abord.

 

Bâtir ensuite côté doublure en s'assurant que le tissu soit au même niveau sur l'endroit (tissu robe) et sur l'envers.

 

Coudre côté endroit.

(Dans les cas de superpositions comme celui-là, je recommande vivement de bâtir plutôt que de fixer avec des épingles. Car sinon les fronces et les tissus ont tendance à glisser pendant la couture, la doublure n'est pas prise dans la couture, etc.. On perd alors 30mn à découdre et recoudre ce qu'on aurait mis 8mn à bâtir)

 

 

Et la robe est terminée !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Essayages de ma poupette :

null

 

 

 

  Portée par la nounette :

 

 

  

Repost 0
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 20:51

Le marketing des princesses a bien rempli son office : ma nounette veut des robes de princesse. Même à l'école, hein. Ce qui compte, c'est que la robe tourne (et qu'elle soit longue).

Pas de jolie robe-pull, pas de chouette petite robe chasuble, non, ma nounette est une psychorigide des robes qui tournent (en plus elle contamine ses copines).

Plus ça tourne plus elle est belle avec.

Comment voulez-vous que je résiste ?

(sans parler du fait que lui faire porter un vêtement qui n'est pas une robe-qui-tourne relève du défi, et le matin l'ours et working mom n'ont pas la tête à ça).

Et devinez qui est en train de marcher dans ses traces ?

Gagné. La poupette est aussi une furieuse des petites robes. Si je fais pour l'une, je fais pour l'autre.

J'ai acheté tous les livres de couture que j'ai trouvés, bé j'ai rien trouvé en robe qui tourne. Le plus proche des goûts de ma nounette était le livre "Sewing clothes kids love" qui n'est pas traduit en français (mais je l'ai quand même).

Donc bon, comme d'hab, j'ai inventé.

C'est pas tout bon du premier coup, mais maintenant que je commence à avoir une version exploitable de mes patrons, je vais vous les faire partager.

Mes essais ont abouti à plusieurs versions possibles de hauts avec ou sans manche, qu'on peut associer avec plusieurs types de jupe.

En haut sans manche : selon le tissu on peut mettre un t-shirt chaud dessous pour en faire une robe d'hiver, ou la porter en robe d'été.

Grosso-modo, ce qui change, ce sont les finitions. Un biais sur les bordures, ou une parementure, ou encore tout l'intérieur doublé.

J'ai aussi vu au square un chouette dos-nu que j'ai copié, avec des pans noués dans le dos.

On peut même faire juste un bustier, pour une petite robe d'été à bretelles.

Et voici des exemples d'associations avec des types de jupes :

LA jupe qui tourne le plus : un cercle avec un trou dedans !

 

 Une jupe à godets : soit godets légers ou en voiles superposés, soit godets "patchwork" avec de la dentelle et des rubans, pour une version "romantique " directement inspirée du livre que j'ai cité.

 

 

 

 Une jupe à volants superposés, avec différentes finitions possibles pour les volants.

 

        http://i41.servimg.com/u/f41/09/01/63/29/rbsm0010.jpg

Un bustier sans manche avec LA jupe-qui-tourne ça donne une robe seyante, qu'on peut décliner en différents tissus pour la porter en toutes saisons, avec ou sans t-shirt dessous.http://i41.servimg.com/u/f41/09/01/63/29/rbperl23.jpg

Et pour les fêtes (ou pour tous les jours !) une robe en taffetas rebrodé de perles, plus d'effet que d'efforts (compter quand même une heure pour broder les perles)

 

 

 

J'ai aussi associé LA jupe qui tourne avec un haut à emmanchures raglan repris sur la tunique de pirate. Faut être honnêtes, c'est pas ultra seyant (surtout vu mon association de tissus, menfin j'avais ça sous la main), mais ça a le mérite d'être vite coupé, vite cousu, ça s'enfile vite, et ça fait une robe de mi-saison acceptable.

J'avais repéré un modèle pour femme, sur un forum de couture. Je me suis permis de l'adapter, pour une robe d'hiver complètement doublée, un peu, euh, originale mais que la nounette adore à s'en donner le tournis à force de pirouetter sur elle-même.

A noter que j'ai une faiblesse pour les fermetures éclair, mais on peut utiliser des boutonnières (voire même du velcro).

Voilà, à vous de jouer, vous pouvez assortir n'importe quel haut avec n'importe quel type de jupe ou les décliner avec différents tissus, différentes finitions et changer les détails (rubans, appliqués, broderies, perles ...).

Allez,hop, je vous mets les tutos petit à petit. On va commencer par préparer le printemps et puis l'été …

Repost 0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 20:32

Dans les trucs qui m'interpellent, il y a un sujet qui revient fréquemment, pour peu qu'on allume la lanterne magique. Ce qui n'arrive plus très souvent chez nous, du reste. Avant on regardait les infos, mais maintenant qu'on a 3 paires d'yeux vrillées sur l'écran, on évite d'y imprimer des images de matraques, manifs, incendies, tsunami, guerres ou autres misères qu'on montre sur les écrans français.

Les journaux télévisés sont très catastrophistes en France, et les pires nouvelles sont suivies - sans transition - d'une page de pub guillerette avec les décibels au maximum.  

 

Mais bon, parfois on regarde de chouettes émissions - avec des histoires de décoration d'intérieur ou des belles voitures - des documentaires instructifs, quoi.

Des trucs que nos petites intoxiquées vont mater sans danger - à commencer par la nounette, trop contente de pouvoir se vriller à un écran sans que ses parents ne regardent le chronomètre. Elle est capable de s'intéresser même à un écran de veille, ma nounette.

 

Et forcément, il y a des pubs.

Bon, c'est bruyant, c'est flashy, c'est tout public, la pub : les filles sont positivement scotchées. Même la choupette en arrêterait de mouiner en cherchant sa mère des yeux.

 

Parfois c'est joli, poétique et drôle, la pub.

 

Parfois c'est du martèlement à la limite du supportable.

Je me rappelle encore le matraquage pour un lapin en chocolat : 3 mois après Pâques ma nounette de 22 mois reconnaissait encore la musique et frétillait d'impatience "le lapin !!" alors que non, fini le lapin, c'était juste la pub pour le chocolatier.

En plus c'est même pas la peine de nous mettre ça à la télé, vu que dès le mois de mars les hyper vous collent dans les roues des caddies des pyramides géantes de ces lapins à cloche ... que vous arrivez à contourner magistralement en faisant des diversions hallucinantes ... tout ça pour retomber dessus à la supérette d'en bas en allant sans vous méfier acheter des compotes en gourde.

"Mamaaan t'as vu ?!!".

Bon, et comme on est faible, que l'ours aime le bon chocolat noir, et que la pounette est en pleine période "famille", on repart avec, en plus des compotes, le papa lapin et la maman lapin et le bébé lapin (deux bébés lapin, vu que le deuxième est à 50% de réduction et qu'il y a désormais deux mouflettes croqueuses de chocolat - au lait, pour elles).

Promis l'an prochain, à partir de mi-mars les filles ne mettront plus les pieds dans un magasin comportant plus d'1 mètre linéaire de produits alimentaires.

 

Nan mais surtout, les pubs, parfois, c'est carrément de l'intox.

Déjà, rappelez-vous une pub pour une boisson gazeuse aux édulcorants, on montrait toutes les étapes marquantes de la vie d'une femme : le shopping, la plage, la fête, la maternité.

 J'essaie de me rappeler mais je ne crois pas que le travail était une occupation marquante.

La pseudo jeune accouchée, avec dans les bras un nouveau-né rieur et joufflu d'au moins 4 mois, avait le ventre plat comme un mur et le visage réjoui et reposé de ma coiffeuse célibataire de 20 ans - qu'on ne me dise pas qu'elle venait de traverser 9 mois de grossesse, un accouchement et la suite.

Bon, je vous accorde, c'est quand même plus télégénique et surtout plus glamour pour vendre un soda que si on montrait la réalité, les bourrelets et le ventre gonflé en-dessous d'un visage comme le mien - réjoui aussi, hein, derrière les cernes.

N'empêche que … si les publicitaires shootés à la caféine qui nous ont pondu … ça ont des ovaires, j'espère qu'elles y repenseront avec un brin de consternation amusée quand elles accueilleront leur premier enfant.

 

Dans le style invraisemblable, vous vous rappelez la pub "un inconnu vous offre des fleurs" ? 

Déjà c'est bien quand un connu vous en offre (je dis ça, c'est pour glisser que j'ai reçu il y a quelques mois un bouquet de l'ours, qu'il m'a rapporté après sa matinée en solo au salon de la BD du Bourget, zêtes jalouses, hein ?).

 

Sinon c'est pas toujours très clair, les pubs.

 

Tiens, par exemple, l'autre jour, on voyait une jeune femme sophistiquée se lancer dans des mouvements souples pouvant passer pour être d'une sensualité torride dans l'imaginaire masculin.

"Maman, elle fait quoi, la dame ?" m'a demandé perplexe ma nounette, qui n'a pas d'imaginaire masculin.

"Je sais pas ma nounette, je pense qu'elle danse.

- Mais la musique elle est pas belle ?" s'est inquiétée ma princesse de bal.

C'est pas faux. En même temps c'était pour vendre un parfum, pas des enceintes sono. Bon c'était après Turbo, on n'est pas dans la cible.

 

Et il y a quelques temps l'ours m'a fait signe : il venait de recevoir un e-mail de pub pour le site d'un hypermarché qui offrait la première livraison*. L'ours, qui a en temps normal le sarcasme facile, hennissait d'indignation "ils sont débiles, c'est marqué frais de livraison offerts* et juste en dessous c'est écrit que non !"

Effectivement, la mention "première livraison offerte*" était suivie d'un astérisque. Cet astérisque renvoyait à un texte écrit en caractères minuscules, histoire de gruger d'emblée tous les clients presbytes, qui précisait "*Frais de livraison offerts à partir de 120 euros d'achat pour une première commande hors frais de livraison".

 

C'est pas crétin quand même ?

 

Oui, je sais que vous avez compris ce que veut dire cette phrase fumeuse, amie lectrice. A la 2ème ou 3ème lecture, certes, car c'est quand même particulièrement nébuleux comme formulation, j'imagine que la ponctuation est facturée trop cher dans les courriels. Et je fayotte, pour consoler l'ours, qui lit ce blog.

 

Mais faut bien voir que c'est aussi envoyé à des hommes, cette pub !!

Faudrait quand même que ça soit à portée du cerveau masculin.

Certes plus gros, hein (tout le monde ne peut pas avoir les circuits féminins miniaturisés à fonctionnement optimisé par des années d'utilisation intensive). Ainsi, les hommes ont plus de matière grise, histoire de s'assurer que le jour où un neurone tente de se connecter à un autre il ne passe pas trop de temps à en trouver. Tout ça est une question d'entraînement je vous le concède. (Je ne voudrais pas faire de généralisation hâtive, surtout que l'ours lit ce blog et que l'ours est indéniablement un homme, avec toutes ses fonctionnalités utiles : vous savez, quand il y a un moustique dans la chambre et qu'il vole plus haut qu'1,60m).

 

De fait, la plupart des publicités sont accessibles aux hommes. Car, même une fois sorti du travail où il donne le meilleur de lui-même, le mâle humain a quand même une bonne faculté d'analyse-au-quotidien.

Je veux dire, pour reprendre un exemple donné par l'ours lui-même, si on considère les facultés intellectuelles du jambon de Bayonne, par exemple, le mâle humain lui est quand même supérieur (j'espère qu'aucun jambon de Bayonne lisant ce blog ne m'en voudra de généraliser, c'est une moyenne, hein). Et dans nos temps modernes, dans notre beau pays et sous notre climat aussi tempéré que clément, il arrive de plus en plus souvent que le mâle humain fasse les courses.

Personnellement j'ai toujours un moment d'appréhension quand j'envoie l'ours ou que je le laisse s'en charger. D'abord parce que dans ce cas c'est moi qui garde les mouflettes (paraît que nan mais c'est pas possible de faire les courses avec les 3). Et surtout parce que je ne suis jamais sûre de ce que l'ours va rapporter, et que je ne suis pas sûre non plus de ce qu'il va oublier. Disons que la liste est indicative. Mais indispensable, hein, j'ai pas parlé du niveau d'initiative masculin globalement insignifiant, et de son besoin conditionné d'instructions précises … seulement le mâle humain prend la liste des courses pour ce qu'elle est : un rappel de ce que sa femelle aimerait acheter si c'était elle qui faisait les courses. Sauf que c'est pas elle, et toc.

 

D'ailleurs c'est une des raisons qui font que les pubs qui s'adressent aux hommes sont particulièrement en phase avec les capacités analytiques masculines, histoire de rendre nos mâles perméables aux progrès de la société de consommation.

Je dis ça, moi aussi j'achète certains produits nouveaux, mais d'une part j'attends pas forcément la pub, d'autre part je suis curieuse, c'est une qualité qu'on vante chez les scientifiques, ce que je suis de formation (c'est juste pour ça que j'ai acheté une tablette de chocolat noir avec les carrés qui ont la forme de la pulpe d'un doigt : pour examiner et deviner si le moule a coûté cher à fabriquer. Et aussi parce que l'ours aime le chocolat noir).

 

Enfin pour en revenir aux techniques de pubs, vous savez, ça suit aussi une approche éminemment culturelle. Par exemple, pour vanter un rasoir, on vous montrera une tondeuse avec un moteur à turboréaction en Allemagne ou en Angleterre, glopglop la technologie. Alors qu'en France ou en Italie on vous montrera une pouffe évaporée chatouillant de son ongle manucuré la joue rasée de près de l'objet de son désir, qui pourrait être le téléspectateur s'il avait eu l'idée géniale d'acheter ce rasoir là. Trop tard, elle est partie, mais on peut encore acheter le rasoir (c'est l'idée, hein, je traduis parce que bon, j'en vois plein après Turbo des pubs comme ça aussi alors j'ai fini par comprendre le principe).

 

Faut reconnaître que parfois ce sont de petits bijoux de créativité, les pubs. 30 à 90 secondes pour créer un univers et une émotion qui seront associés durablement à un produit, faut savoir le faire, et c'est facile de critiquer …

 

Mais la pub qui me reste en travers de la gorge, je ne sais pas si vous vous la rappelez, c'était une pub pour un jambon. La madame maîtresse de maison roucoulait dans son coin et le monsieur maître de maison voulait manger du jambon (c'était le produit vendu, c'est pour ça). Et justement, la madame elle avait acheté un paquet. Et là, hop, d'un geste preste et souple du poignet, sans effort, le monsieur il ouvrait – sliiiic – le paquet et il se régalait.

Et là faut quand même pas me prendre pour un jambon, justement.

Ca fait 38 ans que je traîne sur cette planète. J'en ai vu, hein des paquets avec marqué "ouvrez-là" et "ouverture facile, tirez ici".

Jamais, jamais, jamais, on n'a pu ouvrir ces trucs débiles inventés par un sadique d'un seul geste et d'une seule main.

Je vous le dis, c'est mensonger. N'achetez pas ce jambon.

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 00:29

L'automne, c'est la chute des feuilles.

 

Le printemps, c'est la chute des poils.

 

Repost 0

Présentation

  • : Ma vie en mieux
  • Ma vie en mieux
  • : 3 mouflettes en couleurs primaires font toutes les teintes de la vie.
  • Contact

Texte Libre

to be is to do             (Socrate)
to do is to be             (Sophostène)
to-be-do-be-doooo   (Sinatra)

Recherche

Citation

La vie a plus d'imagination que les rêves (La Belle Histoire, Lelouch)