Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 18:03

Et voilà

 

3 ans qu'elle est avec nous ma poupette.

(même plus peur ... ou si peu)

 

Notre petite magicienne a soufflé ses bougies (des bougies magiques pour lui laisser le temps de bien les souffler)

et ouvert ses cadeaux (et s'est bagarré avec ses soeurs pour les garder).

 

Et voilà, elle est toute fière, elle a 3 ans.

Ma poupette.

 

Bon anniversaire mon petit soleil !!!  (alors, il y a quoi dans les paquets ?)

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

null

Repost 0
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 20:00

Ma poupette sait faire du vélo.

A deux ans et onze mois.

A trois ans moins un jour.

 

Déjà, on était contents : ayé, elle a toutes ses dents. Même les dents de 2 ans, elles sont sorties - à 2 ans et 11 mois : c'est encore dans les temps !

 

Et cet après-midi, après une séance de décopatch ...

 

...oui, parce qu'on a fait une virée chez Cultura

=> faut pas aller là-bas !!

ça nous est revenu presque aussi cher que la virée dans la boutique multimédia d'en face où on a acheté une imprimante ...

On a trouvé une maison de poupée en kit, à décorer soi-même, depuis le temps qu'on y pense. En plus c'est du solide : si ça ne sert plus à jouer avec les témobils (playmobils, NDT) ça pourra toujours tenir lieu d'étagère.

On a acheté de quoi faire le parquet, le carrelage et les murs, avec du décopatch.

Et cet après-midi, une fois qu'on a réussi à coucher la choupette

 

(... vous savez le bébé surnommé "ramasse-miettes", qui tourne autour des jeux de ses soeurs comme le bébé requin autour de ses proies et démolit invariablement l'assemblage de dominos ou l'organisation des lapins de Croque-Carottes, pour se carapatter de toute la vitesse de ses 4 pattes et aller mâchouiller son butin sous la table)

 

bref une fois qu'on a réussi à coucher Mlle omnidévore, maman-en-or a pu installer le matériel réclamé à grands cris par sa nounette.

Et quand je suis arrivée avec les pinceaux et le vernis,

bé la poupette était aussi installée à la table, toute enjouée et ravie de participer (sans savoir à quoi mais si sa frangine est enthousiaste ça doit valoir le coup).

 

Donc pendant que la nounette et moi on posait carrelage et parquet au rez-de-chaussée (sic), la poupette déchirait son papier et encollait soigneusement un cadre photo, les bouts de papier, ses doigts, sa blouse, la table, et les pots de vernis dans la foulée.

 

Et donc cet après-midi après cette séance de décopatch, on est sorties avec les engins à roues.

Tous les engins à roue.

La patinette, le vélo (avec ses petites roues, bah oui j'ai juste jamais le courage de le descendre et la nounette n'en fait donc quasiment jamais, du coup on n'a pas retiré les petites roues), et bien sûr le petit camion de la poupette, qui en est à sa 6è paire de fesses propriétaire et n'a plus de klaxon, mais il y a toujours des roues et un volant !!

Plus les fauves. Plus le grand sac avec le goûter, l'eau, les chapeaux, les lunettes, etc (et toujours pas de livre pour moi, soupir).

Ouaip, je sais, je suis une héroïne . (En même temps c'est l'ours qui, rentré du taf, a tout remonté, moi j'ai filé faire des courses pour avoir de quoi cuisiner le gâteau).

 

Alors sortir tout ce qui roule c'est déjà compliqué, mais si en plus les pilotes n'arrivent pas à le piloter ça devient un vrai casse-tête.

Seulement voilà, la poupette avait un mal fou à faire avancer son vélo.

Comme j'avais la choupette et son camion sous le bras (plus le grand sac, si vous suivez), j'ai dû poser le camion, poser la choupette dessus et faire des aller-retours entre le camion et le vélo pour tirer-pousser ce petit monde ...

Et à force de m'énerver j'ai fini par réaliser que ma pauvre poupette ne touchait pas les pédales.

 

Hop, on descend la selle de 10 bon centimètres et ... bé le vélo il s'en va, dis-donc !

La poupette a fait le tour du square avant que j'aie eu le temps d'applaudir (et de lui montrer comment on utilisait les freins).

 

Alors c'était pour dire que je suis rudement fière d'elle.

Et que c'est le dernier soir où elle a 2 ans.

 

Du reste, elle ne manque pas une occasion de parader, parce qu'elle est une "ran fi" (grande fille, NDT, me demandez pas d'où vient ce concept c'est pas nous qui lui en avons parlé), et qu'elle va avoir croizan.

 

Ben moi j'avais pas si hâte que ça ma poupette, mais c'est le temps qui va, et puis ça nous rapproche autant que ça nous éloigne puisque d'un côté tu prends ton envol vers la maternelle et de l'autre tu parles de mieux en mieux. On finit même par te comprendre (la nounette surtout, qui nous sert d'interprète ... elle comprend tes phrases même quand l'ours et moi on sèche, à force on la regarde directement pour qu'elle traduise et elle me scotche à chaque fois ! c'est vraiment un contexte d'enfant, dans lequel nous - bêtement adultes - on n'arrive pas toujours à rentrer mais heureusement, tu n'y es pas seule, mon trésor, puisque ta soeur est là).

 

Alors voilà ma poupette radieuse, ma poupée gracieuse au si joli visage,

aujourd'hui, tu n'as plus deux ans - c'est toi qui le dis - tu as trois ans moins un jour.

 

Demain c'est la fête.

Je t'aime.

 

null 

Repost 0
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 13:08

Bé oui, encore une page qui se tourne

fini le cosy

vendu le cosy

...

 

On a installé (au chausse-pied, comme l'avait prédit ma copinaute Estelle) un siège auto pour la choupette à l'arrière de Silver-le-kangoo.

 

Et ce WE, premier long trajet pour la choupette, face à la route.

Claaaasse

 

oui, enfin c'est long, quoi (maman, c'est quand qu'on arrive ?)

 

Au retour, la brochette ... (va falloir que je révise la notice car le siège du milieu peut s'incliner)

Repost 0
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 20:55

A l'heure où j'écris ces lignes, de tous les coins de France et même de Belgique,

des familles de copinautes se préparent, pour le long voyage, la traversée du pays, le passage de frontière ...

pour se retrouver toutes chez notre copinaute Audrey

comme nous nous étions retrouvées il y a 2 ans chez notre copinaute Mumu et il y a 3 ans chez notre copinaute Fanfan.

 

Après les Pays de Loire et l'Isère, nous voilà près de Boulogne Sur Mer ...

Certaines sont déjà arrivées, d'autres sont dans le train, d'autres comme moi viennent de préparer le sac et d'imprimer l'itinéraire, les tartes à la bière refroidissent dans la cuisine et la batterie de l'appareil photo est en charge.

 

Eeeeh oui, c'est la 3ème RIM (Rencontre Intergalactique des Mamaout 2006) et la nounette est toute excitée. Faut dire qu'elle commence à bien connaître certains des petits héros de cette grande fête (la choupette ne sera même pas la benjamine).

Dire que la poupette a l'âge qu'avait sa frangine lors de la dernière RIM (ça m'a frappée parce que sur les images je reconnais, sur le dos de l'aînée, les robes que la cadette porte en ce moment ... ça pousse, tout ça).

 

On est bien contents de la rencontrer, Audrey : à la dernière RIM elle avait voulu faire la route, quelques semaines après la naissance de son petit dernier. Elle était tellement épuisée qu'elle avait fait un malaise sur le trajet, appel des pompiers sur l'aire d'autoroute, obligée de faire demi-tour : l'ours et moi on ne l'a donc jamais vue.

Et d'ailleurs un grand merci à mon ours qui a beau être plutôt, euh, ours, fait l'effort de venir à chaque fois (avec une mouflette de plus dans les pattes à chaque RIM), et joue très gentiment le jeu.

 

Je crois qu'on sera en plus petit comité que les fois précédentes : il y a des déménagements en cours, des reprises du travail après le dernier enfant, et puis c'est à un bout du pays et tout le monde n'a pas le temps ou les moyens du voyage.

Ca fait quand même une quinzaine de mamaouts et une marmaille à ne plus savoir les compter, des ados aux portes du bac aux bébés 2011 ...

Et puis il nous reste à visiter les groupes de mamaouts de Bretagne, de Bordeaux ... d'Ile de France ?

 

J'espère que j'aurai l'occasion de vous poster des images comme je l'avais fait il y a 2 ans, d'ores et déjà un immense coup de chapeau à Audrey (un amour de maman de 2 petits zébulons) qui est à la hauteur du travail inoui des hôtesses précédentes !!

 

 

 

Repost 0
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 21:18

Depuis la fête des pères, l'ours a ressorti sa PS3.

 

Oui parce que les filles lui ont offert (avec mon aide) le jeu "Toys Story 3".

 

Du coup, la nounette (qui n'est pas à une addiction près quand on parle d'écran) s'est prise de passion pour la manette, le concept, l'univers ... et se roule par terre tous les matins et tous les soirs pour réclamer la péessetrois  => maman-en-or a cadré direct : "trente minutes maxi, et pas de crise quand c'est fini : si tu ne sais pas t'arrêter c'est que tu ne peux pas commencer" ... (et là, la nounette fait la tronche et tente bien quelques petits psychodrames ou autres "tu te prends pour la reine ou quoi ?" qui nous font nous demander à quoi ça sert de n'avoir pas d'ado à la maison).

Ce qui est surtout frappant c'est sa vitesse de progression. Elle commence à être meilleure que son père.

Pendant ce temps la poupette joue avec les figurines Toys Story reçues pendant une visite à Disneyland - elle promène Woody devant l'écran télé pendant que l'ours aide la nounette à diriger son Woody virtuel et que la choupette mâchonne une figurine Buzz.

C'est ça, le rapprochement des générations.

On est geek ou on ne l'est pas (et encore, on refuse de tomber dans la console).

 

Et le soir, pendant que les générations descendantes écrasent (pas pour longtemps, la choupette est bien sûr retombée malade et la poupette sort ses dernières molaires), l'ours joue.

 

Call of Duty et Ramirez, c'est fini.

Heureusement, il reste le nouveau Call of Duty que l'ours n'a pas encore exploré. Sans parler de çui qui va sortir en fin d'année (des idées pour Noël).

 

L'ours fait des courses automobiles, mais ça demande un peu d'organisation : faut accrocher le volant au bureau des mouflettes, ça fait du bruit à installer donc l'ours y joue la journée en général, et les mouflettes se battent pour lui piquer le volant (vous verrez qu'elles passeront leur permis plus vite que moi).

L'ours fait des batailles aériennes aussi, sauf que c'est pas très passionnant à regarder (forcément : ça a lieu la nuit, pour faire réaliste).

 

Heureusement l'ours a ressorti un jeu de guerre.

Eh ouais.

Bad Company, ça s'appelle.

C'est un groupe de nigauds mal rasés et en tenue de camouflage, avec des armes, qui font des blagues vaseuses, et se promènent gracieusement à pied ou en char d'assaut au milieu des lignes ennemies. Ouais, c'est un jeu pour nous, les hommes. Les virils, les poilus. Vous les gonzesses vous pouvez pas comprendre.

Les ennemis, ce sont les carrés rouges sur l'inclusion d'image en bas à gauche (on les reconnaît parce qu'ils nous tirent dessus). L'objectif c'est le triangle rouge. On a des fusils, et des bombes commandées par un boitier qui ressemble à un iphone (c'est gadget, c'est pour nous les hommes).

On ne sait pas pourquoi ce sont des ennemis, hein, nous on est des soldats, juste faut avancer et les dégommer (il y a une voix vaguement féminine dans le casque qui indique la mission, sans trop de détail quand même, c'est pas fait pour réfléchir).

 

Tatata, vous pensez que l'ironie de l'ours a déteint sur moi ? que j'exagère ?

Que nenni. Mais tentons un test.

 

Je demande à l'ours (qui est très concentré) quelle est la mission.

"Là faut tuer tout le monde. Toutes les cibles rouges. Là j'en ai descendu une".

 

HA !

 

CQFD.

 

Quand j'ai demandé à l'ours, en écoutant les blagues désopilantes des autres soldats, si son personnage était aussi couillon, il a répondu "sûrement, on est la Bad Company".

 

Alors pour celles qui s'interrogent, je voudrais dire que mon ours, c'est le champion au jeu-apéro du Lookea-club. Il a une culture générale que je voudrais la même, il cuisine super bien le fondant au chocolat, il sait marcher dans le désert de sable sans effort, et cette nuit il s'est levé 3 fois d'affilée pour bercer la choupette pendant que je comatais misérablement (je ne l'ai même pô entendue hurler les premières fois). C'est quelqu'un, mon ours.

 

Donc ricanez pas trop, ça peut vous arriver aussi.

Repost 0
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 20:32

Kicé ???

 

Bé oui. Maman-en-or a craqué.

 

Après avoir résisté un an devant l'idée d'une frange pour sa nounette, dépensé une fortune en serre-têtes qui ne tiennent pas (la faute à l'épaisseur et l'implantation des cheveux vers l'avant), en bandeaux, chouchous et autres barrettes que la nounette égare consciencieusement à l'école (agaçant en début d'année, rageant au 3è trimestre),

Maman-en-or s'est dit qu'il serait toujours temps de faire repousser les cheveux quand la nounette serait assez agée pour se préoccuper de ses barrettes.

 

Et donc hop, tout décidé tout appliqué : direction le coiffeur.

La poupette aussi y est passée, pour le même prix, et pour que personne ne s'en aperçoive.

 

 

 

 

(Voir aussi le portrait de l'ours avec ses mouflettes sur la photo de la fête des pères)

 

 

  

Du coup quitte à être déçue, autant l'être gratuitement, maman-en-or n'a laissé à personne le soin de la première coupe de la poupette ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

... Faut dire qu'elle avait une belle touffe qui lui tombait dans les yeux (et dans la bouche qui bave, et dans le nez, qui coule la moitié de l'année, passons les détails).

 

Vous voyez le schéma ... incoiffable, quoi.

 

Même nature et même implantation que l'aînée : même conclusion, mais sans attendre aussi longtemps.

 

 

 

 

 

Clic clic la frange, clic clic on égalise sur les côtés ...

 

 

 

 

 

Le résultat ? bé ça la change drôlement, notre choupette.

 

Mais au moins elle y voit quelque chose.

Repost 0
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 18:27

Peut-être que la vie est faite de périodes.

Comme le pointait joliment ma copinaute Karine après la naissance de sa petite 4ème (!), il y a peut-être un temps pour être amoureux collés, un temps pour être parents de bébés, un temps ensuite pour se retrouver, soi-même et en couple ...

 

L'époque des bisous-dans-le-cou du Choupinours est assez lointaine, ça fera bientôt 5 ans (il me pressait mon jus d'orange et mettait des bougies autour de la baignoire !). Aussi lointaine que l'époque où je faisais poser un masque sur mes cheveux, pendant que je retouchais le vernis de mes ongles de pieds, en feuilletant un magazine. Presque aussi lointaine que l'époque où l'ours fendait l'air sur sa moto (qu'il a vendue depuis faute de l'utiliser, je n'ai rien demandé mais je suis soulagée).

Où on regardait ensemble les catalogues de voyages en hésitant, traverser l'Afrique ou juste les parcs animaliers ? la Jordanie, cette année ou la suivante ?

 

Avant, je dormais, même plutôt bien.

Avant, j'étais intelligente, je lisais plein de livres, je faisais des études. J'avais une carrière et je partais en mission sur d'autres continents, dans d'autres hémisphères. 

Je sortais le soir, j'avais une vie sociale, je voyais les films avant la sortie en DVD, j'achetais l'Officiel des Spectacles et j'étais abonnée à Tickenet. C'était l'époque où les boîtes empestaient la cigarette, masquant l'odeur de la sueur (yeah).

Je faisais du sport, je m'habillais avec attention. J'écoutais de la musique.

C'était le temps d'avant, quand j'étais au centre de ma vie.

 

J'y pense parfois, je ne le regrette pas. Avant, je rêvais à ce que ce serait maintenant. Et j'y suis. 

 

Depuis bientôt 5 ans, c'est le temps des bébés.

Plus on a de bébés, plus on se demande comment on pouvait être déjà débordés avec un de moins ?

L'appartement est un capharnaüm, l'ours tenant à distance de toute son énergie le bazar moufletien qui enfle chaque jour et ramène inlassablement les playmobils au milieu du séjour comme le ressac ramène les algues sur la plage.

Les matinées sont maigres. Surtout le week-end où on se traîne pour nourrir les fauves affamés - qui viennent nous déloger le matin "maman, le mouton il est debout" (réveil-mouton, NDT, interdit de se lever tant qu'il y a l'image du mouton qui fait dodo ).

J'ai une cicatrice qu'on ne voit pas, et 8kgs de bourrelets qu'on voit bien.

Je ne me sens plus jamais seule aux toilettes.

J'ai des dessins de princesses à afficher au boulot.

J'ai 3 boulettes qui se précipitent vers moi quand je rentre le soir ...

... et je ne parle que d'elles.

Elles emplissent ma vie, elles la font scintiller, elles lui donnent un sens.

Et j'en redemande.

 

Ma vie à moi, ma vie d'avant, ma vie qu'elles ont transformée, ma vie est passée entre parenthèses.

 

C'est une période. Il y en aura d'autres.

 

Et justement, avec l'école sont arrivées les copines-voisines-mamans d'élèves.

Celles avec qui on se raconte nos histoires de mouflets, on compare les médecins, les instits, les baby-sitters, les jouets d'éveil ... on copie les bonnes pratiques, on papote.

On a un nouveau réseau.

On recommence à parler de spectacles  (OuiOui ou Blanche Neige et les Sept nains ?) ou de cinéma (Samy la Tortue : les lunettes 3D ça va pour les tout-petits ?).

Et mes copines, elles ont des enfants un peu plus grands. Elles revivent. Elles matent des séries TV. Elles ont un style vestimentaire. Elles font de la gym.

 

Elles se désolent, on ne peut pas me laisser comme ça.

 

Ca commence par le coiffeur où on m'accompagne la veille de ma reprise du travail - coupe Dessange, s'il vous plaît (avé le fauteuil qui masse le dos pendant le shampoing).

Ca continue avec une ordonnance de l'ophtalmo pour changer la monture de mes lunettes, et puis l'adresse d'un dermato pour faire épiler ma moustache (bouh le complexe), tout ça va bien finir par aboutir.

Et puis il y a une blouse qu'elles m'offrent pour mon anniversaire, en m'expliquant comment l'ajuster et avec quoi la mettre.

 

Et puis il y a les soldes.

La veille, les copines m'ont pilotée pour faire des repérages.

Je ne peux pas dire que ça m'enthousiasmait. Menfin j'arrête de croire que je vais réussir à perdre ce surpoids. 14 mois de régime sans y parvenir, tant pis, je me refais une garde-robe - et si l'an prochain c'est trop grand, je ne serai même pas mécontente !

J'ai posé une demi-journée, et je me suis laissé guider. L'objectif des filles était de me "moderniser".

 

C'était un grand moment, 3h chez Zara, Pimkie, H&M ... je vous fais le script :

"Ma chérie, cet imprimé c'est pas possible ça ne te va pas du tout !! pourquoi ? mais parce que ! tu es brune, c'est pas possible. Regarde c'est terne, c'est pisseux, tu ne le prends pas mal hein mais ça ne te va pas ! Tiens regarde ça c'est joli, et puis faut de la couleur ! et regarde, ça c'est fluide, c'est agréable, c'est quand même beaucoup plus moderne que tes tuniques bobo. Et tu ne le prends pas mal, hein, mais tu vois quand tu mets la ceinture là ça cache ton ventre, faut pas mettre la ceinture là sinon ça le souligne, parce que tu ne le prends pas mal hein mais bon c'est vrai qu'il est un peu rond, faut tout miser sur tes jambes, viens on va te chercher des chaussures".
C'était classe, hein ? je sais, j'ai du bol. Toutes mes autres copines sont jalouses.

 

C'est le temps des mamans.

 

Et maintenant que la choupette nous a fait 5 nuits d'affilée de 21h à 6h - même si là c'est fini - on sent qu'on va pouvoir revivre (pis entre l'éclosion de pois roses, les dents qui affleurent et les oreilles qui la chatouillent on se dit que c'est juste un souci de santé ... normal : ça fait 8 jours qu'on a arrêté les antibios, statistiquement elle devrait retomber malade).

 

Alors voilà, je suis habillée (et pas juste vêtue à la diable), je suis coiffée, je suis chaussée ...

 

Et hier, on avait expédié la grande à un goûter d'anniv (c'est toujours 3h de gagné avec seulement 2 mouflettes), on est allés faire des courses (en famille, le pied).

Et paf : je me suis surprise à acheter une râpe pour mes pieds (admirez la transition : ça se voit que j'ai dormi ?)

J'ai râpé, j'ai massé avec de la crème exfoliante, c'est pas encore tout doux mais c'est mieux.

J'ai les ongles des pieds vernis (si, si ! ok, c'est le vernis des filles, rose nacré qui sèche en 40 secondes - c'est comme ça qu'on a découvert que la poupette savait compter).

J'ai des livres que je lis.

La machine à coudre prend un peu la poussière, mais je suis sur d'autres challenges.

 

C'est le temps des mamans.

C'est mon temps à moi. La parenthèse clignote. C'est pas fermé, et je n'ai même pas hâte.

 

Je vous ai parlé du passé.C'était bien, ça m'a donné le temps de me construire. C'est passé.

J'attends parfois un peu de la liberté que peut-être me donnera le futur.

Mais je savoure mon présent.  

 

Elle est chouette, ma vie.

 

Et surtout depuis quelques jours, depuis que j'ai le sentiment qu'à présent, je la conjugue aussi au temps des mamans.

 

 

Repost 0
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 17:56

Comptine de nounette :

 

Haut les mains

Peau d'lapin

La maîtresse en slip de bain !!

 

 

 

 

 

 

(ben quoi ?)

Repost 0
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 06:32

Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres dans la Maison des Mouflettes (qui n'est qu'un appartement mais ça sonne mieux comme ça).

 

Pourtant ça commence un peu comme d'habitude.

Je veux dire qu'à 6h, la choupette hurle. Sans s'arrêter. Donc faut aller la récupérer, et puis lui donner à téter, et puis lui donner un biberon, et puis la recoucher, la laisser râler et se rendormir, et se faire réveiller en sursaut 1h plus tard parce qu'elle hurle à nouveau. Sauf que là elle réveille ses frangines (forcément c'est dimanche).

 

Nouveauté, les mouflettes étaient bien chapitrées sur le fait qu'elles seront privées de dévédé jusqu'à la 10è génération si elle osent venir dans la chambre des parents avant que le petit mouton du réveil se soit lui-même levé (et que maman va finir par tomber malade si on ne la laisse pas dormir, à force d'enquiller les nuits à allaiter et celles à veiller ses malades vomissantes pendant que le papa aussi épuisé s'occupe des bronchitiques).

 

La nounette a donc attaqué les provisions laissées sur sa table de nuit en prévision du petit creux du matin (bah oui "mais maman faut bien qu'on vous réveille si on a faim ?")

 

et à 7h30, la nounette s'est matérialisée dans la chambre pour prévenir qu'il y avait un souci avec sa frangine (diarrhée liquide, je vous passe les détails, la poupette cumule la gastro de sa grande soeur avec la bronchite de la petite et son otite à elle)..

Donc bon, elle a sauvé ses dévédés au moins pour cette fois.

(C'est le papa qui s'y est collé, j'avais un bout de moi dans la bouche de la benjamine.)

 

Et donc on s'est tous levés à 7h30, normal, c'est dimanche.

 

Bon. Jusque là, classique.

 

MAIS

 

mais aujourd'hui, c'est la Fête des papas.

 

La nounette est allée récupérer le dessin qu'elle avait fait, planqué dans sa cachette secrète, que l'ours ne connaîtra jamais sauf s'il lui pose la question (auquel cas elle lui répondra en toute candeur).

La poupette est allée récupérer le tableau qu'elle avait fait, planqué un peu haut mais maman a le bras long.

La choupette, qu'on n'a pas eu le temps de mettre à contribution (les ateliers peinture ayant eu lieu en présence du papa ) s'est contentée de suivre tout le monde, en glissant gracieusement les genoux sur sa propre trace de bave (ça fait des pistes luisantes dans le séjour).

Et donc les mouflettes en procession sont allées dans la cuisine sauter au cou de leur papa qui croyait, l'innocent, pouvoir prendre son chocolat chaud planqué-peinard.

 

BONNE FETE PAPA !! a clamé la nounette qui sait de quoi elle cause pour ce qu'elle le prépare depuis des mois à l'école.

PAPA, NEUNEU !! a pouffé la poupette qui commence à parler et sélectionne ses expressions verbales.

 

Et le papa tout ému est allé dans le séjour ouvrir ses cadeaux et ré-écouter le poème de son aînée (car elle le lui avait déjà déclamé 3 jours plus tôt, c'était trop long à force ... du coup je n'ai pas pu voir l'expression de l'ours).

 

"C'est quoi c'est quoi c'est quoi ?" demande l'ours, imitant bien l'excitation (oui, car en vrai l'ours est placide, c'est dans sa nature, mais il sait théâtraliser certains moments pour le plus grand plaisir de ses mouflettes).

"Des dessous de verre" répond candidement sa nounette excitée, qui n'a pas compris que ce n'était pas une question.

 

L'ours grogne (au temps pour le suspense) mais beau joueur, défait rapidement son paquet et admire l'oeuvre de son artiste ... voilà qui va servir pour la bière du dimanche midi.

Le petit poème est complété d'une citation de la nounette, qui explique :

"J'aime faire des câlins à mon papa et de la trottinette"

Il s'extasie sur les dessins et tableaux des filles ... et découvre le paquet donné par sa poupette (les filles sont sponsorisées par maman qui a choisi de quoi réunir les générations, le jeu PS3 "Toys Story")

 

et voilà : bonne fête papa-de-3 !!

 

 

null 

Une petite pensée à toutes les familles décomposées, recomposées, désunies, à toutes celles et ceux pour qui la fête des pères rappelle des liens qui ont changé ... et une pensée à Papy Jaja à qui on ne peut pas téléphoner aujourd'hui.

Grand père on le voit tout à l'heure - mais on mettra surtout à l'honneur grand-mère dont ça va être bientôt l'anniversaire ...

 

 

 

Repost 0
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 06:26

"-  Papa, quand tu avais mon âge, est-ce qu'il y avait déjà Pocahontas et Pocahontas 2 dans le truc bleu (NDT : disque dur multimédia ) ?

- Mmm, non ma nounette, il n'y avait pas de dévédés ...

- Ah.

...

Mais maintenant on les a ! Alors est-ce qu'on peut les regarder ?"

 

Repost 0

Présentation

  • : Ma vie en mieux
  • Ma vie en mieux
  • : 3 mouflettes en couleurs primaires font toutes les teintes de la vie.
  • Contact

Texte Libre

to be is to do             (Socrate)
to do is to be             (Sophostène)
to-be-do-be-doooo   (Sinatra)

Recherche

Citation

La vie a plus d'imagination que les rêves (La Belle Histoire, Lelouch)