Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 20:32

Dans les trucs qui m'interpellent, il y a un sujet qui revient fréquemment, pour peu qu'on allume la lanterne magique. Ce qui n'arrive plus très souvent chez nous, du reste. Avant on regardait les infos, mais maintenant qu'on a 3 paires d'yeux vrillées sur l'écran, on évite d'y imprimer des images de matraques, manifs, incendies, tsunami, guerres ou autres misères qu'on montre sur les écrans français.

Les journaux télévisés sont très catastrophistes en France, et les pires nouvelles sont suivies - sans transition - d'une page de pub guillerette avec les décibels au maximum.  

 

Mais bon, parfois on regarde de chouettes émissions - avec des histoires de décoration d'intérieur ou des belles voitures - des documentaires instructifs, quoi.

Des trucs que nos petites intoxiquées vont mater sans danger - à commencer par la nounette, trop contente de pouvoir se vriller à un écran sans que ses parents ne regardent le chronomètre. Elle est capable de s'intéresser même à un écran de veille, ma nounette.

 

Et forcément, il y a des pubs.

Bon, c'est bruyant, c'est flashy, c'est tout public, la pub : les filles sont positivement scotchées. Même la choupette en arrêterait de mouiner en cherchant sa mère des yeux.

 

Parfois c'est joli, poétique et drôle, la pub.

 

Parfois c'est du martèlement à la limite du supportable.

Je me rappelle encore le matraquage pour un lapin en chocolat : 3 mois après Pâques ma nounette de 22 mois reconnaissait encore la musique et frétillait d'impatience "le lapin !!" alors que non, fini le lapin, c'était juste la pub pour le chocolatier.

En plus c'est même pas la peine de nous mettre ça à la télé, vu que dès le mois de mars les hyper vous collent dans les roues des caddies des pyramides géantes de ces lapins à cloche ... que vous arrivez à contourner magistralement en faisant des diversions hallucinantes ... tout ça pour retomber dessus à la supérette d'en bas en allant sans vous méfier acheter des compotes en gourde.

"Mamaaan t'as vu ?!!".

Bon, et comme on est faible, que l'ours aime le bon chocolat noir, et que la pounette est en pleine période "famille", on repart avec, en plus des compotes, le papa lapin et la maman lapin et le bébé lapin (deux bébés lapin, vu que le deuxième est à 50% de réduction et qu'il y a désormais deux mouflettes croqueuses de chocolat - au lait, pour elles).

Promis l'an prochain, à partir de mi-mars les filles ne mettront plus les pieds dans un magasin comportant plus d'1 mètre linéaire de produits alimentaires.

 

Nan mais surtout, les pubs, parfois, c'est carrément de l'intox.

Déjà, rappelez-vous une pub pour une boisson gazeuse aux édulcorants, on montrait toutes les étapes marquantes de la vie d'une femme : le shopping, la plage, la fête, la maternité.

 J'essaie de me rappeler mais je ne crois pas que le travail était une occupation marquante.

La pseudo jeune accouchée, avec dans les bras un nouveau-né rieur et joufflu d'au moins 4 mois, avait le ventre plat comme un mur et le visage réjoui et reposé de ma coiffeuse célibataire de 20 ans - qu'on ne me dise pas qu'elle venait de traverser 9 mois de grossesse, un accouchement et la suite.

Bon, je vous accorde, c'est quand même plus télégénique et surtout plus glamour pour vendre un soda que si on montrait la réalité, les bourrelets et le ventre gonflé en-dessous d'un visage comme le mien - réjoui aussi, hein, derrière les cernes.

N'empêche que … si les publicitaires shootés à la caféine qui nous ont pondu … ça ont des ovaires, j'espère qu'elles y repenseront avec un brin de consternation amusée quand elles accueilleront leur premier enfant.

 

Dans le style invraisemblable, vous vous rappelez la pub "un inconnu vous offre des fleurs" ? 

Déjà c'est bien quand un connu vous en offre (je dis ça, c'est pour glisser que j'ai reçu il y a quelques mois un bouquet de l'ours, qu'il m'a rapporté après sa matinée en solo au salon de la BD du Bourget, zêtes jalouses, hein ?).

 

Sinon c'est pas toujours très clair, les pubs.

 

Tiens, par exemple, l'autre jour, on voyait une jeune femme sophistiquée se lancer dans des mouvements souples pouvant passer pour être d'une sensualité torride dans l'imaginaire masculin.

"Maman, elle fait quoi, la dame ?" m'a demandé perplexe ma nounette, qui n'a pas d'imaginaire masculin.

"Je sais pas ma nounette, je pense qu'elle danse.

- Mais la musique elle est pas belle ?" s'est inquiétée ma princesse de bal.

C'est pas faux. En même temps c'était pour vendre un parfum, pas des enceintes sono. Bon c'était après Turbo, on n'est pas dans la cible.

 

Et il y a quelques temps l'ours m'a fait signe : il venait de recevoir un e-mail de pub pour le site d'un hypermarché qui offrait la première livraison*. L'ours, qui a en temps normal le sarcasme facile, hennissait d'indignation "ils sont débiles, c'est marqué frais de livraison offerts* et juste en dessous c'est écrit que non !"

Effectivement, la mention "première livraison offerte*" était suivie d'un astérisque. Cet astérisque renvoyait à un texte écrit en caractères minuscules, histoire de gruger d'emblée tous les clients presbytes, qui précisait "*Frais de livraison offerts à partir de 120 euros d'achat pour une première commande hors frais de livraison".

 

C'est pas crétin quand même ?

 

Oui, je sais que vous avez compris ce que veut dire cette phrase fumeuse, amie lectrice. A la 2ème ou 3ème lecture, certes, car c'est quand même particulièrement nébuleux comme formulation, j'imagine que la ponctuation est facturée trop cher dans les courriels. Et je fayotte, pour consoler l'ours, qui lit ce blog.

 

Mais faut bien voir que c'est aussi envoyé à des hommes, cette pub !!

Faudrait quand même que ça soit à portée du cerveau masculin.

Certes plus gros, hein (tout le monde ne peut pas avoir les circuits féminins miniaturisés à fonctionnement optimisé par des années d'utilisation intensive). Ainsi, les hommes ont plus de matière grise, histoire de s'assurer que le jour où un neurone tente de se connecter à un autre il ne passe pas trop de temps à en trouver. Tout ça est une question d'entraînement je vous le concède. (Je ne voudrais pas faire de généralisation hâtive, surtout que l'ours lit ce blog et que l'ours est indéniablement un homme, avec toutes ses fonctionnalités utiles : vous savez, quand il y a un moustique dans la chambre et qu'il vole plus haut qu'1,60m).

 

De fait, la plupart des publicités sont accessibles aux hommes. Car, même une fois sorti du travail où il donne le meilleur de lui-même, le mâle humain a quand même une bonne faculté d'analyse-au-quotidien.

Je veux dire, pour reprendre un exemple donné par l'ours lui-même, si on considère les facultés intellectuelles du jambon de Bayonne, par exemple, le mâle humain lui est quand même supérieur (j'espère qu'aucun jambon de Bayonne lisant ce blog ne m'en voudra de généraliser, c'est une moyenne, hein). Et dans nos temps modernes, dans notre beau pays et sous notre climat aussi tempéré que clément, il arrive de plus en plus souvent que le mâle humain fasse les courses.

Personnellement j'ai toujours un moment d'appréhension quand j'envoie l'ours ou que je le laisse s'en charger. D'abord parce que dans ce cas c'est moi qui garde les mouflettes (paraît que nan mais c'est pas possible de faire les courses avec les 3). Et surtout parce que je ne suis jamais sûre de ce que l'ours va rapporter, et que je ne suis pas sûre non plus de ce qu'il va oublier. Disons que la liste est indicative. Mais indispensable, hein, j'ai pas parlé du niveau d'initiative masculin globalement insignifiant, et de son besoin conditionné d'instructions précises … seulement le mâle humain prend la liste des courses pour ce qu'elle est : un rappel de ce que sa femelle aimerait acheter si c'était elle qui faisait les courses. Sauf que c'est pas elle, et toc.

 

D'ailleurs c'est une des raisons qui font que les pubs qui s'adressent aux hommes sont particulièrement en phase avec les capacités analytiques masculines, histoire de rendre nos mâles perméables aux progrès de la société de consommation.

Je dis ça, moi aussi j'achète certains produits nouveaux, mais d'une part j'attends pas forcément la pub, d'autre part je suis curieuse, c'est une qualité qu'on vante chez les scientifiques, ce que je suis de formation (c'est juste pour ça que j'ai acheté une tablette de chocolat noir avec les carrés qui ont la forme de la pulpe d'un doigt : pour examiner et deviner si le moule a coûté cher à fabriquer. Et aussi parce que l'ours aime le chocolat noir).

 

Enfin pour en revenir aux techniques de pubs, vous savez, ça suit aussi une approche éminemment culturelle. Par exemple, pour vanter un rasoir, on vous montrera une tondeuse avec un moteur à turboréaction en Allemagne ou en Angleterre, glopglop la technologie. Alors qu'en France ou en Italie on vous montrera une pouffe évaporée chatouillant de son ongle manucuré la joue rasée de près de l'objet de son désir, qui pourrait être le téléspectateur s'il avait eu l'idée géniale d'acheter ce rasoir là. Trop tard, elle est partie, mais on peut encore acheter le rasoir (c'est l'idée, hein, je traduis parce que bon, j'en vois plein après Turbo des pubs comme ça aussi alors j'ai fini par comprendre le principe).

 

Faut reconnaître que parfois ce sont de petits bijoux de créativité, les pubs. 30 à 90 secondes pour créer un univers et une émotion qui seront associés durablement à un produit, faut savoir le faire, et c'est facile de critiquer …

 

Mais la pub qui me reste en travers de la gorge, je ne sais pas si vous vous la rappelez, c'était une pub pour un jambon. La madame maîtresse de maison roucoulait dans son coin et le monsieur maître de maison voulait manger du jambon (c'était le produit vendu, c'est pour ça). Et justement, la madame elle avait acheté un paquet. Et là, hop, d'un geste preste et souple du poignet, sans effort, le monsieur il ouvrait – sliiiic – le paquet et il se régalait.

Et là faut quand même pas me prendre pour un jambon, justement.

Ca fait 38 ans que je traîne sur cette planète. J'en ai vu, hein des paquets avec marqué "ouvrez-là" et "ouverture facile, tirez ici".

Jamais, jamais, jamais, on n'a pu ouvrir ces trucs débiles inventés par un sadique d'un seul geste et d'une seule main.

Je vous le dis, c'est mensonger. N'achetez pas ce jambon.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

vanetoli 30/04/2011 17:15



Je me suis régalée en te lisant


Gros bisous à vous 5



Nounette 12/05/2011 23:11



Je me suis bien amusée à l'écrire, et encore j'ai pas mis tout ce que je pensais ...



Audinette 27/04/2011 11:21



Youpi, je découvre ton blog ce matin, et c'est un plaisir de te lire! D'autant que je partage ton point de vue sur les courses, les pubs, les bouquets de fleurs (moi, quand l'homme est rentré du
salon de la BD de Chambéry, c'était uniquement avec des BD dédicacées... mais à sa décharge, aucune des dédicaces n'était pour lui, il a fait la queue pour offrir de belles surprises à des
amis!).



Nounette 12/05/2011 23:15



Et une BD pour sa chérie ? Mais c'est clair que c'est déjà gentil de penser aux amis.


C'est chouette comme coin Chambéry !


Nan mais les pubs c'est une source inépuisable d'amusement et de résignation sur la nature humaine.


Bonne continuation !!



audrey 21/04/2011 16:25



mdr ! je m'attendais pas a ça !!


bisous



Nounette 12/05/2011 23:15



Bé à quoi ?


Bisous



estel42 17/04/2011 09:16



Lol!!!!!!!!


tout ça pour ça!!! mais t'es vraiment une grande folle ! j'adooooooooooooooorre!


bisous



Nounette 12/05/2011 23:16



Ah ben c'est un grand moment aussi la pub ...


bisous



Kristell et sa tribu 17/04/2011 05:24



Punaise, j'adore quand tu dors ! Succulent !



Nounette 12/05/2011 23:21



Bé je dors pas moa


Nan mais il y a plein d'autres trucs à dire sur la pub, mais c'est parti de cette pub pour le jambon, ça m'a scandalisée !! Pourtant ça fait un moment qu'elle passait, mais parfois ça me marque.
Tiens, je me rappelle une pub quand j'étais aux USA, une nana dégoulinante et s'éventant avec un papier (c'était une année de canicule) râlait parce que son mari n'appelait pas pour
commander une clim. Finalement il disait "ok j'appelle demain" et elle lui répondait "non, tu appelles MAINTENANT" il s'exécutait et on la voyait sur l'image suivante toute fraîche et pimpante.
Ben 17 ans plus tard je n'ai toujours pas compris ni digéré le fait qu'elle n'ait pas appelé elle-même !!


Je sais, c'est une actrice.


Bisous à toi !



Présentation

  • : Ma vie en mieux
  • Ma vie en mieux
  • : 3 mouflettes en couleurs primaires font toutes les teintes de la vie.
  • Contact

Texte Libre

to be is to do             (Socrate)
to do is to be             (Sophostène)
to-be-do-be-doooo   (Sinatra)

Recherche

Citation

La vie a plus d'imagination que les rêves (La Belle Histoire, Lelouch)