Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 13:55

Trois semaines que j'ai repris, et les choses s'organisent.

A ma grande (et heureuse) surprise, je n'éprouve pas le sentiment d'asphyxie que j'appréhendais, me souvenant des courses contre la montre à l'époque pré-poupetienne, les trajets sans fin dans la jungle routière francilienne suivis d'une soirée centrée sur la nounette qui refusait déjà les légumes, n'était pas baignée par la nounou et se couchait tard. Avec courses, ménage, lessives à insérer dans le tableau.

 

Mais des choses ont changé et la reprise, pour émotionnellement difficile qu'elle soit, en a été facilitée sur le plan matériel.

Certes, la fatigue est là. Je dois me lever bien plus tôt que mon corps ne sait l'accepter (je ne suis paaas du matin) et même si j'ai 3 matinées par semaines, les 2h15 de trajet c'est tous les jours …

 

Mais quand même, au-delà de la fatigue physique, il y a la bonne nouvelle de la détente mentale le soir :
- d'abord, les bains peuvent être pris le matin, ce qui libère la soirée.

- la nounette a découvert le Dieu Dévédé, auquel nous sacrifions en rentrant de la crèche (et des jeux dans l'herbe d'après-crèche), ce qui permet un temps de décompression pour les parents (la poupette, qui en matière de mobilité a pour l'instant plus d'ambitions que de moyens, reste assez tranquille).

- finie la sieste en journée pour la nounette, soit, mais les deux mouflettes sont couchées à 21h. Ca veut dire qu'on a une soirée à deux. Et qu'on peut donc faire des trucs pour nous le soir.

 

Finalement, paradoxalement, j'ai donc l'impression qu'on est mieux organisés, mieux cadrés, et qu'on arrive à dégager plus de temps (en tout cas par rapport à ce que j'appréhendais, à savoir rien du tout).

 

En parallèle, je prends mes repères dans ma nouvelle vie de maman-de-deux qui travaille.

 

Il y a les tâches domestiques. J'ai repéré le supermarché en face de mon boulot, ce qui permet des courses de complément en semaine sans trop me retarder (tétée du soir oblige). Les lessives tournent souvent les matinées où je suis là ou pendant le dîner (préparation et détachage en parallèle de la préparation du repas).

 

Il y a le trajet. Je suis en train d'explorer avec pugnacité toutes les possibilités, suivant l'heure, suivant le jour … Comment m'assurer un trajet d'une durée raisonnable et surtout, surtout, constante quelle que soit mon heure de départ ? Avant la poupette, il m'arrivait de partir du travail à 19h30 parce qu'à l'arrivée ça ne faisait que 20mn d'écart avec un départ à 18h30 – la différence étant passée dans les ralentissements. J'ai eu quelques tuyaux pendant ma grossesse, j'ai imprimé la carte de tout le secteur et je teste, je teste, je teste. Si une voie est bouchée, j'oblique sur une autre, pour arriver à maxi 2h15 de trajets quotidien et surtout, surtout, pas de frein à mon départ à toute heure de la soirée.

 

Il y a la garde. Profiter de nos matinées ensemble, programmer certaines courses ou sorties quand même. Préparer le foulard imprégné de mon odeur pour la poupette, penser au sac, aux changes, au goûter nounetien et à tout le matériel poupetien (cale-bébé, peluche musicale …). S'assurer que la poupette a assez de plats pour tenir la semaine, l'allaiter le matin même si je pars très tôt (et grimacer quand elle a quand même eu un complément après mon départ, mais c'est le jeu …), trouver une heure pour appeler l'ours et savoir comment elles vont, mes mouflettes adorées.

 

 

 

Il y a le sport. Ca c'est un plus, et là aussi je reprends mes repères. J'ai payé une fortune l'inscription sur un mois pour les 15 derniers jours de juin, je ne peux y aller qu'à la place des déjeuners les jours où je ne suis pas de garde des filles, mais ce qui compte c'est de lancer le mouvement.

J'ai retrouvé la salle de fitness que nous avons la chance d'avoir dans le secteur. Après 6 ans, trois mutations géographiques, 7 changements de hiérarchiques, 2 congés maternités (ou comment résumer 6 ans de vie professionnelle en une ligne) et 8 kgs de plus, les choses n'ont guère évolué.

Un matériel différent mais semblable. Les mêmes têtes, les mêmes animateurs, le Musclor vieillissant toujours là … Les mêmes nanas sanglées dans des combis de lycra qui ne laissent rien ignorer de leurs formes enviables, ou trottinant nues dans les vestiaires, exhibant sans y penser leur fesses et leurs ventre plats, et la même question "est-ce que je suis pudique ou complexée ?" tandis que j'attends devant l'une des deux douches individuelles avec mes vêtements de rechange (pas question de me rhabiller devant qui que ce soit).

J'ai retrouvé les réflexes, le sac qu'on boucle la veille, le gel, le déo, la serviette, le livre (je ne peux pas pédaler statiquement ou monter des marches artificielles sans avoir quelque chose à lire) les sous pour acheter un sandwich sur la route (mon chouchou : le "végétarien" = crudités et œufs sans sauce - en attendant de penser à le préparer moi-même), les étapes (boucler les dossiers, enfermer le matériel dans l'armoire, attraper mon sac, passer prendre le sandwich – la moitié avant, la moitié après – remplir la petite bouteille qui sert de gourde), le choix des horaires (pour commencer quand le stepper est libre et finir quand la douche est dispo) …

Le plaisir de se dire qu'on a repris pied dans une routine saine et qui ne coûte que les rapports sociaux qu'on peut maintenir à l'heure du déjeuner, et qui attendront septembre.

 

Alors voilà, c'est pour de vrai, j'ai repris.

C'est dur, c'est fatigant, mais c'est fait. Les bons côtés attendus (des sujets passionnants dans lesquels se plonger) se font un peu attendre, comme mon nouveau hiérarchique. Quoiqu'il en soit, les filles s'y font doucement, la grande plus que la petite, et le plaisir de les retrouver le soir est tel que je l'imaginais, au moment de tourner dans la douleur la page du congé parental (pas pour ça que c'était moins douloureux, évidemment).

En espérant retrouver de chouettes sujets au moins à la rentrée, et retrouver cette facette professionnelle de la maman-multiple que je suis.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nenaure 24/06/2009 17:00

tu es une winneuse, bravo pour toute cette organsiation!!!

(PS, moi aussi j'ai du mal à pédaler sans bouquin, clonette...)

skiwi 22/06/2009 16:12

Félicitations pour cette organisation qui se met en place!
Félicitations pour le sport (et pffff (j'suis polie) pour toutes les nénettes bien gaulées qui passent à poil!)

Présentation

  • : Ma vie en mieux
  • Ma vie en mieux
  • : 3 mouflettes en couleurs primaires font toutes les teintes de la vie.
  • Contact

Texte Libre

to be is to do             (Socrate)
to do is to be             (Sophostène)
to-be-do-be-doooo   (Sinatra)

Recherche

Citation

La vie a plus d'imagination que les rêves (La Belle Histoire, Lelouch)